Modifié le 24 avril 2018 à 08:44

Des associations de seniors boycottent une rencontre sur le chômage à Berne

Chômage de longue durée: les plus de 50 ans très touchés
Chômage de longue durée: les plus de 50 ans très touchés 19h30 / 1 min. / le 23 avril 2018
Des association de travailleurs âgés ont boycotté lundi la table ronde prévue avec le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann pour préparer la 4e Conférence nationale consacrée au chômage des seniors.

Une vingtaine de représentants de diverses organisations "50+" étaient présents lundi à la préconférence, selon un communiqué du Département fédéral de l'économie (DEFR). Mais les associations 50etplus et son pendant alémanique Avenir50plus ont boycotté la table ronde, la qualifiant de "farce".

Le but de cette rencontre était de présenter aux décideurs politiques l'avis des associations concernées par les difficultés liées à l'âge sur le marché du travail, avant la Conférence nationale sur les travailleurs âgés qui aura lieu jeudi, a précisé le DEFR.

Experts dénoncés

Au lieu d'échanger, comme les années précédentes, avec les organisations concernées sur les problèmes des travailleurs de plus de 50 ans, le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann se cache cette fois derrière un podium d'experts dont les positions sont connues, ont dénoncé 50etplus et Avenir50plus.

Selon ces experts, la discrimination due à l'âge n'existe pas sur le marché du travail suisse, disent les organisations. Celles-ci n'ont plus l'occasion de formuler des demandes.

"Les absents ont toujours tort", affirme dans le 19h30 de la RTS Johann Schneider-Ammann. "Il vaut mieux se retrouver à la table des négociations et dialoguer."

"Pas de mesure concrète depuis 2014"

D'après 50etplus, la Conférence nationale n'a pris aucune mesure concrète depuis 2014 pour favoriser l'intégration des travailleurs âgés sur le marché du travail, hormis des mesures "purement cosmétiques", comme la non-mention d'un âge-limite dans les annonces d'emploi ou la nécessité de former des seniors en entreprise.

>> Lire aussi:  Le nombre des plus de 55 ans à l'aide sociale a augmenté de 50% depuis 2010

"Nous avons tout de même créé 44'000 places de travail qui sont occupées par des personnes de 50 ans et plus, et c'est un succès", répond le conseiller fédéral en charge de l'économie.

Il en faut davantage pour les deux organisations, à savoir des mesures concrètes contre la discrimination des travailleurs âgés, à l'instar des rentes-pont ou allocations-pont des cantons de Genève et Vaud, destinées à soutenir les demandeurs d'emploi de plus de 50 ans.

Une autre mesure efficace serait une campagne de sensibilisation nationale ou la mise sur pied d'une task force permanente, estime la directrice d'Avenir50plus Heidi Joos. Organiser une conférence une fois par an ne sert à rien, selon elle.

ats/lan/tmun

Publié le 23 avril 2018 à 17:30 - Modifié le 24 avril 2018 à 08:44