Modifié le 11 avril 2018

La pauvreté augmente et touche 615'000 personnes en Suisse

Le seuil de pauvreté se situe à 2247 francs par mois pour une personne seule.
La pauvreté touche désormais quelque 615'000 personnes en Suisse La Matinale / 1 min. / le 11 avril 2018
La pauvreté augmente en Suisse, selon les derniers chiffres de l'Office fédéral de la statistique. En 2016, 7,5% de la population, soit 615'000 personnes, étaient touchés. Ce taux était encore de 7% un an plus tôt.

Sur les 615'000 personnes touchées par la pauvreté en termes de revenu, 140'000 exerçaient une activité professionnelle, précise l'Office fédéral de la statistique mardi. En 2016, le taux de pauvreté de la population active occupée était de 3,8%.

Le taux de pauvreté est en hausse par rapport à 2014 (6,7%) et 2015 (7%), mais l'évolution est comprise dans la marge des fluctuations statistiques, note l'OFS.

Pauvreté vécue par 12% de la population

Les personnes vivant seules, dans un ménage monoparental avec des enfants mineurs, sans formation post-obligatoire ou vivant dans un ménage sans aucune personne active occupée sont les plus exposées (voir le graphique ci-dessous).

De 2013 à 2016, 12,3% de la population ont été affectés au moins une fois par la pauvreté, mais environ 1% de la population peut être considérée comme durablement pauvre: 7,7% de la population ont été en situation de pauvreté une année sur quatre, 2,5% deux années sur quatre, 1,2% trois années sur quatre et 0,9% pendant les quatre années considérées.

Pour rappel, le seuil de pauvreté se situe à 2247 francs par mois pour une personne seule et à 3981 francs par mois pour un ménage avec deux adultes et deux enfants de moins de 14 ans.

Le taux de pauvreté selon les différentes caractéristiques des personnes touchées.
Le taux de pauvreté selon les différentes caractéristiques des personnes touchées. [OFS]

Sujet traité dans les journaux horaires de RTS La Première

ats/cab

Publié le 10 avril 2018 - Modifié le 11 avril 2018

Caritas veut une stratégie de lutte nationale

Pour Caritas, il ne s'agit pas de fluctuations statistiques mais bien d'augmentation: l'organisation a aussitôt réagi en soulignant que malgré une conjoncture économique favorable, le nombre de personnes pauvres est à la hausse pour la deuxième fois consécutive.

Pour l'oeuvre d'entraide, il faut mettre en place une stratégie nationale de lutte contre la pauvreté, définie en collaboration par la Confédération, les cantons et les communes. Les mesures d‘affaiblissement que l’on constate actuellement, notamment dans l’aide sociale, ne font qu'aggraver le problème, ajoute Caritas.