Publié le 25 mars 2018 à 20:36

Dans les coulisses de la fabrication du prochain vaccin contre la grippe

Le document: dans la fabrique du vaccin contre la grippe
Le document: dans la fabrique du vaccin contre la grippe 19h30 / 4 min. / le 25 mars 2018
Alors que l’épidémie de grippe n’a toujours pas dit son dernier mot en Suisse, surtout chez les jeunes enfants, les laboratoires ont déjà lancé la fabrication du prochain vaccin contre la grippe. Reportage.

Chaque année, c’est à Genève que se joue l’avenir de la grippe pour tout l’hémisphère nord. L'Organisation mondiale de la santé a réuni en février dernier quarante experts internationaux de la grippe pour plancher sur la composition du futur vaccin.

Jackie Katz.

Fabriquer un vaccin, ce n’est pas du poker. Ce sont des milliers de pages de données à analyser

Jackie Katz, directrice adjointe du Centre pour la prévention et le contrôle des maladies d'Atlanta

La mission de ces experts? Prédire l’avenir et plus précisément définir quelles seront les souches du virus de la grippe en circulation l’hiver prochain. Une prédiction qui repose sur l’analyse de milliers de données enregistrées au cours des six derniers mois par 143 laboratoires de références, basés dans 114 pays.

"Ce n’est pas du poker. Ce sont des milliers de pages de données à analyser, des milliers de virus recensés. Le virus de la grippe est en constante évolution et c’est la raison pour laquelle nous avons cette réunion deux fois par an pour avoir la photographie la plus récente des virus en circulation", explique Jackie Katz, la directrice adjointe du Centre pour la prévention et le contrôle des maladies d'Atlanta, l’une des conseillères de l’OMS.

Aucune certitude

L’exercice est délicat car il n’existe aucune certitude en la matière. En cas d’erreur, le vaccin contre la grippe perd en efficacité et les morts se comptent par milliers. En Suisse, environ 1500 personnes décèdent chaque année des suites de la grippe saisonnière. 

Après trois jours de concertation, les experts ont annoncé publiquement leur verdict pour 2018-2019. Le futur vaccin contre la grippe devra contenir les quatre souches suivantes : A/Michigan/45/2015, A/Singapore/INFIHM-16-0019/206, B/Colorado/06/2017, et B/Phuket/3073/2013.

Présence des groupes pharmaceutiques

Dans la salle, des représentants de tous les grands groupes pharmaceutiques ont fait le déplacement à Genève pour entendre en direct l’annonce de la composition du futur vaccin.

Des millions d'oeufs sont utilisés pour la fabrication des vaccins. Des millions d'oeufs sont utilisés pour la fabrication des vaccins. [Cécile Tran-Tien - RTS] "Comme le vaccin contre la grippe va être identique pour tous les producteurs de vaccins dans le monde, ils récupèrent ici les informations sur les composants à utiliser", explique Bruno Lina, le directeur du Centre national de référence de la grippe à Lyon.

Six mois de fabrication

Parmi les participants, Sanofi, GSK mais aussi Seqirus, devenu le deuxième fabricant au monde depuis le rachat en 2015 de la branche grippe de Novartis. Le laboratoire produit plus de 150 millions de doses par an de FLUAD et d’AGRIPAL à destination du marché européen et américain.

Pour ce fabricant, le plus gros défi est de produire le plus rapidement possible le maximum des nouvelles souches du virus. "Cela prend environ 6 mois depuis l’annonce de la composition du vaccin par l’OMS jusqu’au moment où le client reçoit le vaccin et se fait vacciner en clinique. Il y a des centaines d’étapes très techniques à suivre scrupuleusement pour être sûrs que le vaccin répond aux standards de sécurité et de qualité", explique Laura O’Brien, la directrice du site Seqirus de Liverpool.

500'000 oeufs utilisés chaque jour

Deux semaines seulement après l’annonce de l’OMS, les scientifiques du laboratoire anglais ont déjà commencé la production des nouveaux virus car la méthode reste artisanale. Chaque jour, 500'000 œufs sont utilisés par Seqirus pour produire son vaccin.

Les nouvelles souches du virus sont inoculées aux œufs puis le virus grossit et se multiplie dans des incubateurs pendant trois jours avant d’être extrait et désactivé.

Cécile Tran-Tien

Publié le 25 mars 2018 à 20:36

Fin septembre en Suisse

Il faudra attendre fin septembre pour que les cinq vaccins concurrents soient disponibles en Suisse. Le médecin en chef de la pharmacie de l’armée, qui dispose de l’un des plus grands stocks du pays, en commande chaque année environ 6000 doses pour protéger les nouvelles recrues.

En 2017, c’est le laboratoire GlaxoSmithKline et son vaccin Fluarix Tetra qui a remporté le contrat car c’était le seul quadrivalent distribué en Suisse (il couvre 4 souches de virus contre la grippe).

Edgar Mosimann, le médecin de l’arrondissement ouest de l’armée, regrette de ne pas avoir réellement le choix cette année encore: "Essentiellement on aimerait avoir un vaccin efficace, les coûts c’est un peu moins la question, et souvent on n’a pas le choix parce qu’il n’y a qu’une seule boîte qui produit, donc on est obligé de prendre ce qui est sur le marché."

1,2 million de Suisses vaccinés

A l’unité, ce vaccin contre la grippe coûte 20 centimes de plus que ses principaux concurrents mais ces derniers ne protègent que contre 3 souches de virus (vaccins trivalents).

Pour Adrien Kay, porte-parole de l’Office fédéral de la santé publique, le vaccin quadrivalent est le seul à avoir été efficace cette année. Mais il n’est pas administré à tout le monde. Cet hiver, 1,2 million de Suisses se sont fait vacciner contre la grippe. La moitié seulement a reçu le vaccin quadrivalent.