Modifié

Retraite des femmes à 65 ans et hausse de TVA de 1,7% pour l'AVS

Le conseiller fédéral Alain Berset lors d'une conférence de presse, le 2 mars 2018 à Berne. [Peter Klaunzer - Keystone]
Retraite des femmes à 65 ans: interview du conseiller fédéral Alain Berset / Forum / 8 min. / le 2 mars 2018
La nouvelle réforme de l'AVS devrait être financée par une hausse de TVA de 1,7% au plus. Le Conseil fédéral a fixé vendredi les grandes lignes du projet. Il tient à faire travailler les femmes jusqu'à 65 ans, mais avec des compensations.

Le ministre des assurances sociales Alain Berset devra préparer un projet à mettre en consultation avant la pause estivale. Deux pistes ont été écartées: exit l'idée d'accorder un bonus aux femmes lors des calculs des rentes et de le financer par la TVA et des cotisations sociales.

Pas question non plus de proposer un projet réglant uniquement le financement, sans adaptation de l'AVS.

Retraite des femmes relevée progressivement

L'âge de la retraite des femmes devrait être relevé progressivement de trois mois par an dès l'entrée en vigueur de la réforme. Trois options devront être élaborées pour compenser cet effort. Il est envisagé d'utiliser soit les recettes de la TVA, soit des cotisations salariales, soit une combinaison des deux.

Tout le monde devrait pouvoir partir à la retraite de manière flexible entre 62 et 70 ans. La population sera toutefois incitée à travailler au-delà de 65 ans.

La TVA devrait subir une augmentation unique de 1,7 point au plus au moment de l'entrée en vigueur de la réforme. Le Conseil fédéral a fondé ses calculs sur l'hypothèse que la réforme puisse entrer en vigueur en 2021 et afin de garantir l'équilibre financier de l’AVS pour au moins douze ans.

"Pas d'alternative"

"L'enjeu est de garantir un financement stable de l'AVS", a expliqué le conseiller fédéral Alain Berset vendredi dans l'émission Forum de la RTS.

"Pour moi, le chiffre de la TVA est une vraie douche froide, je le dis honnêtement. Mais il n'y a pas d'alternative pour un financement fort. Il faut non seulement augmenter l’âge de la retraite, mais aussi apporter un financement complémentaire", affirme le ministre, promettant des "compensations fortes" aux femmes.

>> Ecouter le débat entre les conseillers nationaux Marina Carobbio (PS/TI) et Olivier Feller (PLR/VD):

Olivier Feller et Marina Carobbio. [Keystone]Keystone
Retraite des femmes à 65 ans: débat entre Marina Carobbio (PS/TI) et Olivier Feller (PLR/VD) / Forum / 11 min. / le 2 mars 2018

ats/rens

Publié Modifié

Accueil plus que mitigé à droite comme à gauche

La droite et les organisations économiques ne voient pas d'un bon oeil le nouveau projet de réforme des retraites du Conseil fédéral car il prévoit une hausse «beaucoup trop élevée» de la TVA. Le reste de la réforme, et notamment la hausse de l’âge de la retraite des femmes, est en revanche bien accueilli.

Le Parti socialiste et les syndicats accueillent également froidement le projet de réforme de l'AVS du Conseil fédéral. Le gouvernement semble oublier la moitié - féminine - de la population, remarque le PS. Le PS campe donc sur ses positions: pas d'augmentation de l'âge de la retraite des femmes ni de hausse générale, et pas de diminution des rentes.

Réforme PV2020 rejetée dans les urnes le 24 septembre

Pour son projet de Prévoyance vieillesse 2020 de réforme conjointe du 1er et du 2e pilier, le Conseil fédéral avait d'abord misé sur 2% de hausse avant de proposer 1,5% au Parlement. Le Conseil des Etats avait réduit l'augmentation à 1%, mais le National a réussi à la ramener à 0,6%. Cela n'a pas suffi à convaincre une majorité de Suisses.

La réforme a été rejetée le 24 septembre 2017 par 52,7% et son financement via un relèvement de la TVA par 50,1% des citoyens. Selon Alain Berset, cela s'explique par de nombreux motifs, dont aucun n'aurait pu à lui seul mener à l'échec. Un des points les plus critiqués était l'octroi à tous les nouveaux rentiers d'un bonus AVS de 70 francs pour compenser une baisse des rentes du 2e pilier.