Modifié le 28 février 2018 à 10:38

Le patient devrait plus jouer le rôle de contrôleur des coûts de la santé

Les factures de certains médecins interrogent sur les tarifs médicaux en Suisse.
Le patient devrait pouvoir renforcer son rôle de contrôleur des coûts de la santé La Matinale / 2 min. / le 28 février 2018
Les patients devraient pouvoir mieux contrôler la facture du médecin. Ce rôle leur échappe souvent avec le système du tiers-payant, méthode qui pourrait même favoriser la surfacturation médicale.

Le patient est le seul à même de contrôler correctement vraiment la facture du médecin. Il est le seul à savoir si sa consultation a duré 15 ou 30 minutes ou s'il a vraiment utilisé toutes les séances de physiothérapie prescrites. Sans son regard, les excès sont en quelque sorte permis.

Jacques-André Haury, médecin ORL et politicien vert-libéral vaudois voudrait limiter, voire supprimer, le principe du tiers-payant. "Ce système, où on envoie directement une facture à un assureur qui ne peut pas la contrôler, ça encourage un peu la surfacturation."

Manque de lisibilité des factures

Présidente du Service aux patients de Suisse romande, la conseillère nationale socialiste Rebecca Ruiz relève qu'il faut encore que le patient reçoive sa facture. Même avec le tiers-payant, les assurances doivent lui envoyer une copie. Or, nombreuses sont celles qui ne respectent plus cette obligation légales. Et il faut ensuite encore comprendre la facture.

"Je suis contre la suppression du principe du tiers-payant, par contre il est clair que les patients doivent pouvoir recevoir une copie des factures réalisées par les médecins. Mais il faut que les factures soient lisibles, et là, il y a encore pas mal de travail aussi pour sensibiliser le patient à la nécessité de les lire et de demander des explications s'ils estiment que ce qui a été facturé ne l'a pas été correctement."

Contester une facture: une démarche qui n'est pas toujours évidente dans une relation entre patient et médecin encore très asymétrique.

Alexandra Richard/lgr

Publié le 28 février 2018 à 09:09 - Modifié le 28 février 2018 à 10:38