Modifié

A Genève, Ignazio Cassis appelle les Etats à rejeter "la loi du plus fort"

Iganzio Cassis, ministre des Affaires étrangères, à la tribune de la 37e session du Conseil des droits de l'homme, le 26 février 2018 à Genève. [Salvatore di Nolfi - Keystone]
La Syrie au centre de la 37e session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU / Le 12h30 / 1 min. / le 26 février 2018
Le conseiller fédéral Ignazio Cassis s'est exprimé lundi pour la première fois devant le Conseil des droits de l'homme à Genève, appelant les Etats à rejeter "la loi du plus fort".

Ignazio Cassis a demandé lundi un renouvellement de l'engagement pris il y a 70 ans dans la Déclaration universelle qui garantit ces droits.

Ce texte "a encore toute sa raison d'être", a affirmé le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) au début de la 37e session du Conseil des droits de l'homme. Il contribue à l'Etat de droit qui favorise la paix et un système d'"échanges stables", deux facteurs importants pour la Suisse.

>> Ecouter le sujet de Céline Tzaud dans Forum:

Ignazio Cassis lundi devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Les premiers pas d'Ignazio Cassis à l'ONU, réactions de Rebecca Ruiz et Frédéric Borloz / Forum / 7 min. / le 26 février 2018

Violations systématiques

Sans cibler aucun pays, le conseiller fédéral a appelé à donner au Conseil le soutien dont il a besoin. De même qu'au Haut commissaire Zeid Raad al-Hussein qui figure au centre du système des droits de l'homme.

Dans plusieurs régions du monde, des violations systématiques sont observées, a fait remarquer le chef du DFAE. S'ajoutent à elles un regain de racisme, de xénophobie et d'autres discriminations.

Le Tessinois a aussi réitéré l'attachement de la Suisse au rôle des droits de l'homme pour prévenir les guerres.

ats/boi

Publié Modifié

Une session sous tension

Quelque 100 responsables sont attendus à partir de lundi pour la 37e session du Conseil des droits de l'homme, dont plusieurs présidents, notamment le chef d'Etat autrichien Alexander Van der Bellen. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres va aussi s'exprimer.

Cette session s'ouvre dans un contexte où "la crise du multilatéralisme semble se renforcer", avait relevé la semaine passée l'ambassadeur suisse auprès de l'ONU à Genève Valentin Zellweger. "Il y a une fébrilité sur la scène internationale et nous la ressentons à Genève."

Le 70e anniversaire de la Déclaration sera marqué mercredi par un débat auquel doivent participer le Haut commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad al-Hussein et le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov.