Modifié le 07 février 2018 à 09:04

Les kits mains libres au volant peuvent aussi mener à une condamnation

Le BPA recommande de complètement abandonner le kit mains libres.
Les kits mains libres au volant peuvent aussi mener à une condamnation La Matinale / 1 min. / le 07 février 2018
L'utilisation de dispositifs mains libres pour téléphoner en conduisant, qui ne sont pas interdits par la loi sur la circulation routière, est en constante progression. Mais ces kits peuvent aussi mener à une condamnation.

Cette tendance, qui ressort les derniers chiffres du Bureau de Prévention des Accidents (BPA), a été révélée mardi par les quotidiens alémaniques Tages-Anzeiger et Bund.

Mais il faut savoir que celui qui perd la maîtrise de son véhicule parce qu'il est distrait par une conversation téléphonique sera jugé coupable, indépendamment du mode de communication qu'il aura choisi. De l'avis du BPA, le risque d'accident avec un téléphone dans la main ou au moyen d'un kit mains libres est à peu près le même.

Distraction mentale équivalente

"Ceci est dû au fait que, dans les deux cas, le conducteur concentre toute son attention sur le contenu de sa conversation", explique son porte-parole Nicolas Kessler. "Diverses études prouvent que la distraction mentale est un facteur très important quant au risque d'accident. Ces études prouvent également que le risque d'avoir un accident est quasiment le même."

A risque comparable, les sanctions sont donc différentes. Le BPA ne souhaite pas pour autant l'interdiction des dispositifs mains libres. "Nous avons à moyen terme un objectif de réduire le nombre de morts sur les routes à moins de cent", souligne Nicolas Kessler. "Cependant nous pensons qu'il est possible d'atteindre cet objectif avec les lois qui sont planifiées actuellement, sans revendiquer d'autres adaptations légales."

Il n'est donc pas question d'interdire les dispositifs mains libres, même si le BPA recommande d'oublier complètement son téléphone dès qu'on prend le volant.

>> Ecouter l'interview d'Yves Gerber, responsable de communication pour le TCS Suisse, dans La Matinale:

Yves Gerber, responsable de la communication pour le TCS Suisse.
TCS
La Matinale - Publié le 07 février 2018

Alain Arnaud/oang

Publié le 07 février 2018 à 07:58 - Modifié le 07 février 2018 à 09:04