Modifié le 04 février 2018 à 21:19

Les salaires de médecins à un million de francs? "Bien sûr que ça existe"

Pierre-Yves Maillard, conseiller d’État VD: invité du 19h30 (1-2)
Pierre-Yves Maillard, conseiller d’État VD: invité du 19h30 (1/2) 19h30 / 3 min. / le 04 février 2018
Alors que la rémunération des médecins fait débat, le conseiller d'Etat vaudois Pierre-Yves Maillard a confirmé au 19h30 dimanche l'existence de salaires à un million de francs, avec "des différences énormes" au sein de la profession.

Malgré l'absence de chiffres récents, le salaire des médecins a fait polémique cette semaine en Suisse. Plusieurs responsables politiques, y compris le président de la Confédération Alain Berset, ont jugé "inacceptables" certaines rémunérations de spécialistes, provoquant l'ire de médecins.

>> Lire: "Un salaire annuel d'un million de francs pour un médecin est inacceptable"

Invité du 19h30 dimanche, Pierre-Yves Maillard, connu pour son combat contre la hausse des coûts de la santé, souligne qu'il y a "des différences énormes" entre les médecins, avec des rémunérations "très très élevées" pour certains. "Bien sûr que ça existe", confirme le conseiller d'Etat vaudois, à propos des salaires à un million de francs de certains spécialistes, regrettant certains impacts des tarifs élevés sur l'assurance de base.

Le socialiste critique notamment les sociétés médicales qui luttent contre la réadaptation des tarifs "à la réalité des coûts": "Elles se défendent contre les propositions qui sont faites, accusent toute personne qui veut toucher au système de vouloir rationner les soins, alors qu'elles-mêmes font une grève de certains actes sans tenir compte manifestement des besoins des patients parce qu'on a retouché aux tarifs."

Instaurer des tarifs mobiles

Pour réduire les coûts de la santé, faut-il plafonner le salaire des médecins? Pierre-Yves Maillard rappelle qu'une réforme d'Alain Berset réduisant les tarifs de 10% de certains spécialistes avait échoué. "Il y avait eu une inflation, comme par hasard, des prestations en l'absence du patient, qui avait permis de compenser cette baisse", explique-t-il.

Selon lui, il faut instaurer des tarifs mobiles. "Quand on dépasse un certain volume, les tarifs peuvent être dégressifs, ce qui n'implique aucun rationnement et peut être parfaitement supportable", affirme le Vaudois.

Il a également appelé à plus de transparence dans le domaine. "J'en appelle à tous les acteurs, notamment aux journalistes, pour qu'on fasse enfin de la transparence", a déclaré Pierre-Yves Maillard, incitant à aller regarder du côté de la Sasis, une société qui regroupe les données de tous les assureurs.

>> Le portrait de Pierre-Yves Maillard:

Pierre-Yves Maillard: portrait d’un battant
19h30 - Publié le 04 février 2018

vtom

Publié le 04 février 2018 à 21:04 - Modifié le 04 février 2018 à 21:19