Modifié le 19 janvier 2018 à 22:59

Hausse des demandes d'aide auprès des associations anti-abus sexuels

En Suisse aussi, la vague #Metoo a eu des répercussions.
En Suisse aussi, la vague #Metoo a eu des répercussions. [Britta Pedersen - KEYSTONE]
Il n'y a pas que sur les réseaux sociaux et dans les médias que les langues se délient sur les abus sexuels. Plusieurs associations d'aide aux victimes ont enregistré un boom des demandes ces dernières semaines en Suisse.

"Les demandes de nouveaux rendez-vous ont doublé" depuis le dernier trimestre 2017, indique vendredi à l'ats Lydiane Bouchet, psychologue et coordinatrice du Centre de consultation spécialisé dans le traitement des séquelles d'abus sexuels et d'autres traumatisme (CTAS), à Genève.

"L'actualité a permis à pas mal de victimes de parler", explique Lydiane Bouchet. La vague coïncide avec l'affaire Weinstein et l'envol du mouvement "#metoo" sur les réseaux sociaux.

Pic des demandes

La psychologue précise que le début de l'hiver connaît généralement un pic des demandes, mais celui-ci s'estompe assez vite, ce qui n'est pas le cas maintenant. Le mouvement est si important que le CTAS devra engager une nouvelle personne.

Une hausse a également été ressentie du côté de l'Espace de soutien et prévention abus sexuels (ESPAS), présent dans les cantons de Vaud, Valais et Fribourg. Elle se monte à 4,4% pour 2017.

ats/rens

Publié le 19 janvier 2018 à 22:29 - Modifié le 19 janvier 2018 à 22:59