Modifié le 07 janvier 2018 à 18:03

Le nombre d'adoptions en Suisse est quatre fois moins élevé qu'en 1980

Les adoptions d'enfants sont de plus en plus rares en Suisse.
Daria Michel Scotti, psychologue La Matinale / 5 min. / le 04 janvier 2018
Le nombre d'enfants adoptés en Suisse ne cesse de reculer: il a même été divisé par quatre depuis 1980. En cause, l'amélioration des systèmes de protection de l'enfance dans les pays d'origine des enfants.

Le nombre d'adoptions a diminué de moitié en Suisse depuis 2004 et est quatre fois moins élevé qu'en 1980, selon les chiffres de l'Office fédéral de la statistique.

Pour Daria Michel Scotti, psychologue à l'Espace Adoption à Genève, qui structure et accompagne les personnes concernées par les questions d'adoption, une des causes principales est "le développement des pays traditionnellement d'origine des enfants destinés à l'adoption internationale".

On y a constaté une "amélioration des systèmes de protection de l'enfance, du planning familial et de la prévention des abandons", ce qui "a engendré une baisse des enfants adoptables", explique-t-elle jeudi dans La Matinale de la RTS.

Davantage de demandes

Alors que "les demandes des candidats adoptants augmentent", l'adoption internationale devient plus compliquée. Daria Michel Scotti évoque notamment la Convention de la Haye sur l'adoption, qui date de 1993 et a été ratifiée par la Suisse en 2003.

En Suisse, en revanche, les chiffres sont "relativement stables", explique-t-elle. "Une moyenne de 30 enfants nés en Suisse sont confiés chaque année à l'adoption nationale", souligne-t-elle.

>> Qui sont les personnes qui adoptent un enfant en Suisse (chiffres 2016)?

Loi assouplie

Mais la donne pourrait changer avec la nouvelle loi sur le droit de l'adoption, entrée en vigueur le 1er janvier, qui assouplit les procédures. L'âge autorisé pour adopter passe par exemple de 35 à 28 ans.

"On peut espérer qu'avec la baisse de l'âge et le temps de mariage moins élevé pour adopter en tant que couple (il passe de cinq à trois ans, ndlr), on améliore la position des candidats suisses sur le 'marché international' de l'adoption. Actuellement, ils figurent parmi les futurs parents les plus âgés", note Daria Michel Scotti.

>> Lire: TVA, adoption, électricité, anti-douleurs: ce qui change en 2018

Des candidats qui doivent s'adapter

Elle réfute toutefois l'idée selon laquelle les candidats à l'adoption seraient devenus plus exigeants. "Au contraire, ils sont contraints à changer leurs attentes, à s'adapter à un système qui leur demande parfois d'attendre plus de cinq ans avant d'adopter, pour différentes raisons", explique-t-elle.

Bien que cela soit difficile à chiffrer, la Confédération estime entre 10'000 et 50'000 francs le coût d'une adoption internationale. Pour Daria Michel Scotti, qui évoque le chiffre de 20'000 francs, il ne s'agit pas d'un facteur décisif qui retiendrait les couples d'adopter, car "il correspond plus ou moins à la naissance d'un enfant, sans le remboursement des assurances maladie".

Propos recueillis par Coralie Claude

Adaptation web: Jessica Vial

Publié le 04 janvier 2018 à 09:40 - Modifié le 07 janvier 2018 à 18:03