Modifié

Le prix des médicaments devrait pouvoir être davantage combattu

Les médicaments restent toujours très chers en Suisse, en comparaison internationale. [Gaëtan Bally - Keystone]
Le prix des médicaments devrait pouvoir être davantage combattu / La Matinale / 1 min. / le 27 décembre 2017
Assureurs et consommateurs devraient eux aussi pouvoir faire recours contre les prix des médicaments. L'idée suggérée par des experts internationaux a trouvé des relais favorables aux Chambres fédérales.

Cette solution est l'une des pistes imaginées pour limiter la hausse effrénée des coûts de la santé. Un groupe d'experts internationaux l'a suggérée au Conseil fédéral qui devra trancher l'an prochain.

Au Parlement, ce droit des assureurs et consommateurs à faire recours a déjà été revendiqué plusieurs fois - à gauche comme à droite.

Seule la pharma peut recourir

"Lorsque le Conseil fédéral fixe un prix, seule la pharma peut recourir", souligne ainsi la conseillère nationale Isabelle Moret (PLR-VD). "En clair, on peut recourir contre la fixation du prix d'un médicament pour demander un prix plus élevé, mais personne ne peut recourir pour demander un prix plus bas: ni les assureurs au nom des patients, des assurés, ni les associations de consommateurs. Donc finalement, il n'y a jamais de pression pour faire baisser le prix des médicaments."

Le Conseil fédéral contraint à revoir sa position

Jusqu'ici, les propositions d'élargir ce droit de recours ont toujours été rejetées. Le Conseil fédéral y voyait un obstacle pour l'accès à des produits nouveaux et innovants. Mais un groupe d'experts internationaux revient avec cette piste, parmi d'autres, pour limiter la hausse des coûts de la santé. Et son rapport va contraindre le gouvernement à prendre position, comme le confirme Jonas Montani, chargé de communication dans le domaine de l'assurance-maladie à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Le Conseil fédéral devrait en principe revenir au printemps prochain sur les conclusions des experts. Il présentera à ce moment-là les mesures prioritaires qu'il entend mettre en oeuvre pour maîtriser les coûts de la santé.

Alexandra Richard/oang

Publié Modifié