Modifié le 05 décembre 2017

Yannick Buttet annonce qu'il se retire "temporairement" de la vie politique

Vice-présidence du PDC : Buttet démissionne et part en cure
PDC: Yannick Buttet démissionne de la vice-présidence et part en cure 19h30 / 1 min. / le 04 décembre 2017
Yannick Buttet démissionne de son poste de vice-président du PDC Suisse, annonce-t-il lundi. Le Valaisan se retire aussi "temporairement" de ses fonctions électives pour suivre un traitement médical afin de maîtriser sa consommation d'alcool. Son arme de service lui a été retirée.

"Après mon rétablissement, je discuterai avec mon parti cantonal la poursuite de mon mandat de conseiller national", a précisé le conseiller national PDC Yannick Buttet dans un communiqué envoyé par son avocat. Jusqu'à nouvel avis, il se retire de ses fonctions électives, y compris de la présidence de la commune de Collombey-Muraz (VS).

Yannick Buttet fait à nouveau part de ses regrets. "Je tiens à apporter mes profondes excuses à mon épouse, à ma famille et aux personnes qui ont été blessées par mon comportement inapproprié, y compris mes collègues du parti", souligne-t-il.

A partir de cette date, M. Buttet est inscrit comme malade et suit une cure. Tant qu'il ne sera pas guéri, il n'exercera pas ses fonctions de conseiller national et de président de commune.

Andreas Meili, avocat de Yannick Buttet

Commentant l'abandon des fonctions politiques de Yannick Buttet, le président du PDC du Valais romand Serge Métrailler a évoqué un "long processus" pour arriver à cette décision, où "tous les scénarios ont été envisagés". "C'est une étape, et pas un but en soi. Il a pris conscience de son problème, qu'il doit maintenant régler pour lui, pour sa famille. Les questions politiques sont pour le moment accessoires."

>> Ecouter les explications de Serge Métrailler dans le 12h30:

Serge Métrailler, président du PDC du Valais romand.
Olivier Maire - Keystone
Le 12h30 - Publié le 04 décembre 2017

Son arme personnelle retirée

Yannick Buttet est également lieutenant-colonel de l'armée, ce qui veut dire qu'il dirige un bataillon de plusieurs centaines de personnes. Mais le 19h30 a appris qu'il ne recevrait plus un seul ordre de marche tant que la procédure judiciaire ne serait pas terminée en Valais. Son arme personnelle lui est également retirée pour sa sécurité et celle des autres.

Dans un article paru jeudi dernier, le journal Le Temps révélait que Yannick Buttet faisait l'objet d'une plainte après avoir été interpellé par la police, une nuit de novembre, dans le jardin d'une ex-maîtresse, à Sierre (VS). Yannick Buttet aurait insisté longuement pour qu'elle ouvre la porte du bâtiment. La femme aurait alors appelé les forces de l'ordre.

Faits reconnus

Tous deux auraient entretenu "une relation extraconjugale" par le passé, selon le quotidien. Mais l'article évoque également "d'autres actes inappropriés" dont font part plusieurs journalistes et politiciennes actives à Berne, citées anonymement.

Yannick Buttet a reconnu les faits. Il a affirmé qu'il sortait d'une grave crise conjugale ayant affecté son jugement et son comportement. Il disait prendre désormais conscience qu'il a eu des gestes inappropriés ayant pu déranger ou heurter certaines personnes. Selon lui, les épisodes à Berne se sont produits en soirée et sous l'effet de l’alcool, dans une période de doute.

Suspendu de la vice-présidence

Yannick Buttet avait informé son parti de la plainte pendante contre lui le soir avant la parution de ces révélations. Le lendemain matin, le président du PDC Gerhard Pfister s'était entretenu avec lui et avait accepté sa demande de suspension de la vice-présidence du PDC suisse. La mesure était entrée en vigueur avec effet immédiat.

Gerhrad Pfister avait également indiqué que la question d'une démission du Conseil national devrait être discutée au cours des prochains jours. De son côté, la présidente de la Confédération Doris Leuthard avait réagi en affirmant que les comportements comme ceux qu'a eu Yannick Buttet étaient "inacceptables pour la politique".

Instruction en Valais

Depuis les révélations, Yannick Buttet a réitéré plusieurs fois ses excuses mais excluait jusqu'ici de démissionner du Conseil national, réfutant la qualification de "harceleur". Vendredi encore, il contestait le fait que son comportement soit préjudiciable à son parti. "Mais l'issue de la procédure ouverte contre moi sera décisive", avait-il admis.

Le Ministère public du canton du Valais a ouvert d'office une instruction pour violation du secret de fonction dans le cadre de l'affaire Buttet. Il avait indiqué que les informations parues dans la presse concernant la plainte provenaient de personnes initiées, issues de la police ou du Ministère public.

>>Lire Appel à la démission et nouvelles révélations sur le PDC Yannick Buttet

ats/pym

Publié le 04 décembre 2017 - Modifié le 05 décembre 2017

Le PDC Suisse regrette l'absence du principal intéressé

Le PDC Suisse a pris acte de la démission de son vice-président Yannick Buttet, a déclaré Anne Seydoux-Christe, conseillère aux Etats PDC et membre de la présidence, lundi dans l'émission Forum. "C'est lui l'a annoncé, nous en avons pris acte."

La Jurassienne a dit respecter sa décision "de se soigner", mais déplore l'absence du concerné à la réunion extraordinaire de la présidence du parti lundi. "Il aurait été correct de prendre des décisions en entendant la personne, mais il s'est déclaré malade, ma foi, on attendra."