Modifié le 01 décembre 2017

Les labels AOP et IGP célébrent leurs 20 ans d'existence en Suisse

Labels: à 20 ans, AOP et IGP font le succès des produits locaux
Labels: à 20 ans, AOP et IGP font le succès des produits locaux 19h30 / 2 min. / le 30 novembre 2017
Vingt ans après leur introduction, les appellations d'origine protégée (AOP) et les indications géographiques protégées (IGP) ont prouvé leur utilité. Aucun acteur des milieux concernés ne regrette d'avoir choisi cette voie.

En 1997, la Suisse s'est dotée d'une base légale pour protéger les produits se distinguant par leur origine. Deux décennies plus tard, l'Association suisse des AOP-IGP, l'Office fédéral de l'agriculture et l'organisation Agridea ont souhaité faire un bilan.

A ce jour, 33 spécialités ont obtenu l'une de ces protections: 21 par l'AOP et 12 par l'IGP. Une dizaine d'autres demandes d’enregistrement sont actuellement en cours d’examen.

64'000 tonnes certifiées

Il existe à ce jour 29 groupements qui gèrent ces AOP et IGP. Ils représentent 8350 producteurs de matières premières et 1661 entreprises de transformation, pour un total d'environ 15'000 emplois.

En 2016, ces filières ont mis sur le marché plus de 64'000 tonnes de produits certifiés, dont la moitié a été exportée. Le chiffre d'affaires a atteint 890 millions de francs à la sortie des unités de transformation, et 1,56 milliard à la consommation.

ats/sey

Publié le 30 novembre 2017 - Modifié le 01 décembre 2017

Damassine ou gâteau au kirsch

L'AOP est réservée aux produits dont toutes les étapes de production sont réalisées dans une aire géographique délimitée. Y figurent la damassine, le gruyère ou encore le pain de seigle valaisan.

Quant à l'IGP, elle distingue des produits dont au moins une étape - souvent la transformation - a lieu dans une zone délimitée, par exemple le saucisson neuchâtelois et le gâteau au kirsch de Zoug.