Modifié

La baisse des stocks de beurre en Suisse devrait faire augmenter les prix

Consommation: le marché du beurre se durcit, les prix montent [RTS]
Consommation: le marché du beurre se durcit, les prix montent / 19h30 / 2 min. / le 7 novembre 2017
A l'instar de la France, on évoque un risque de pénurie de beurre en Suisse. Moins alarmistes, les usines de transformation parlent de "flux tendus". La situation devrait profiter aux producteurs de lait.

Alors que l'an dernier à pareille époque, les stocks de beurre flirtaient avec les 5000 tonnes, aujourd'hui on en est à peine à 1000 tonnes. Les transformateurs, comme le fribourgeois Cremo, mettent les bouchées doubles.

Pour Stéphane Duc, chef de production, on ne peut pas véritablement parler de "crise du beurre": "Disons qu'avec la production actuelle et le niveau des stocks, on devrait s'en sortir jusqu'à la fin de cette année."

Producteurs de lait remontés

La production de la matière première, le lait, a subi une chute de 2% cette année en Suisse. La qualité a diminué, et aujourd'hui, le monde entier veut du beurre, notamment pour remplacer l'huile de palme.Autant d'éléments qui contribuent à expliquer la pénurie.

En 2015, une tonne de beurre valait en moyenne 2900 francs en Europe, contre 8200 francs aujourd'hui. En Suisse, on reste stable, à 12'000 francs la tonne. Ce qui fâche les paysans qui estiment que la pénurie devrait entraîner une augmentation des prix: "On devient fou dans le sens où l’on ne respecte plus les règles du marché", assène Jacques Bourgeois, directeur de l'Union suisse des paysans.

"Actuellement, on a un déséquilibre entre l’offre et la demande. On a une demande qui est plus forte par exemple dans le domaine du beurre, et là on exige que les prix soient adaptés à la hausse pour que cette adaptation vienne avec un prix payé au producteur plus élevé et ceci bien évidemment ne doit pas être confisqué par les intermédiaires, mais doit revenir à 100% dans la poche du producteur", précise-t-il dans le 19h30 mardi.

Le message semble avoir été  - au moins partiellement - entendu par les distributeurs. Coop, Lidl et Migros viennent d'augmenter leurs prix.

Thierry Clémence

Publié Modifié