Modifié le 05 novembre 2017 à 19:44

L'industrie de l'armement suisse veut exporter dans des pays en conflit

Les exportateurs d'armes s'estiment lésées par la réglementation suisse.
Les exportateurs d'armes s'estiment lésées par la réglementation suisse. [Ennio Leanza - Keystone]
Des entreprises suisses d'armement souhaitent pouvoir aussi exporter dans des pays connaissant des conflits armés intérieurs. Elles vont être entendues par une commission du Conseil des Etats.

Selon le Tages-Anzeiger et le Bund, treize entreprises actives dans l'armement et qui livrent aussi l'armée suisse ont signé une lettre adressée à la commission du Conseil des Etats, qui les a invitées à s'exprimer.

Le rendez-vous est fixé à vendredi prochain déjà, a confirmé Isidor Baumann (PDC/UR), président de la commission.

Les deux quotidiens citent notamment Ruag, la Mowag, Thales et Systems Assembling SA à Boudry (NE).

Les entreprises invoquent la délicate situation économique dans laquelle se trouve la branche, parlant des milliers d'emplois qui seraient en jeu.

Baisse des exportations évoquée

Elles affirment que leur existence est en danger, car les exportations d'armes sont en recul ces dernières années. Cette évolution serait entre autres due à la pratique d'autorisation du Conseil fédéral, argumente l'industrie.

>> Lire aussi: La vente de matériel de guerre suisse à l'étranger a reculé en 2016

La réglementation suisse est en effet plus restrictive que celle de l'Union européenne, où les entreprises peuvent exporter leurs produits dans les pays connaissant des conflits armés internes.

>> Le débat dans Forum:

Une augmentation des ventes d'armes vers le Pakistan, l'Inde et l'Afrique du Sud est notamment à l'origine de cette hausse des exportations.
Gaetan Bally - KEYSTONE
Forum - Publié le 05 novembre 2017

ats/mre

Publié le 04 novembre 2017 à 16:44 - Modifié le 05 novembre 2017 à 19:44