Modifié le 20 octobre 2017

"Nous ne sommes pas contre le congé paternité, mais contre son étatisation"

Marco Taddei, responsable romand de l'Union patronale suisse (vidéo)
Marco Taddei, responsable romand de l'Union patronale suisse (vidéo) La Matinale / 6 min. / le 20 octobre 2017
Le congé paternité ne peut pas être uniformisé, le tissu économique de la Suisse est trop diversifié, a déclaré vendredi Marco Taddei, responsable romand de l'Union patronale suisse, dans La Matinale de la RTS.

Les milieux économiques, dont l'Union patronale suisse, ont salué la décision du Conseil fédéral de rejeter l'initiative pour un congé paternité financé via les allocations pour perte de gains (APG).

>> Lire: L'initiative pour un congé paternité rejetée par le gouvernement

Pour Marco Taddei, responsable romand de l'Union patronale suisse, interrogé vendredi dans La Matinale, ce projet est trop onéreux.

De plus, cela entraînerait "des effets négatifs sur les APG, qui à l'heure actuelle est la seule assurance qui dégage des bénéfices", a-t-il encore relevé.

Mais "nous ne sommes pas opposés au principe du congé paternité, mais à son étatisation", a tenu à préciser Marco Taddei. 

"La volonté d'uniformiser de manière centralisatrice le congé paternité ne tient pas compte de l'extrême diversité de notre tissu économique, qui est composé pour l'essentiel de PME", a encore indiqué le responsable de l'Union patronale. De très nombreuses petites entreprises ne pourraient pas financer un congé paternité. 

Propos recueillis par Coralie Claude

Texte web: France-Anne Landry

Publié le 20 octobre 2017 - Modifié le 20 octobre 2017