Modifié le 03 octobre 2017

Une dégradation des conditions d'élevage de porcs dénoncée

Trop de cochons ne voient pas la lumière du jour, dénonce la PSA.
Trop de cochons ne voient pas la lumière du jour, dénonce la PSA. [Urs Flueeler - Keystone]
L'élevage de porcs devient de moins en moins respectueux des animaux en Suisse, dénonce mardi la Protection suisse des animaux (PSA), pointant notamment du doigt le manque d'accès à un espace extérieur.

Alors que plusieurs cas de maltraitance des porcs ont été révélés ces derniers mois en Suisse, la PSA exige une meilleure protection de ces animaux, demandant notamment une meilleure indemnisation des surcoûts liés aux espaces extérieurs et une plus grande rémunération des paysans sur le franc versé par le consommateur.

Actuellement, seuls 50% des porcs élevés en Suisse bénéficient d'un espace extérieur, alors qu'ils étaient encore 58% en 2010, rappelle la PSA. Selon elle, cette évolution négative est la conséquence directe de l'insuffisance des subventions accordées par la Confédération en faveur du bien-être de cet animal sensible et intelligent.

Parce que les charges supplémentaires liées à une détention avec espaces extérieurs ne sont pas suffisamment indemnisées, de plus en plus de paysans investissent dans des halles conventionnelles lorsqu'il s'agit de construire de nouvelles installations.

La stratégie des grands distributeurs dénoncée

Toujours selon la PSA, 500'000 porcs engraissés par du petit-lait inutilisé en laiterie vivent sur du béton dur et perforé, au-dessus de leurs excréments, sans jamais voir la lumière du jour.

Et de dénoncer la stratégie des grands distributeurs, qui misent surtout sur la viande de porc à bas prix. Tout comme leur tendance à s'octroyer des marges trop élevées sur le porc labellisé.

>> Voir aussi le reportage de Temps Présent "Ma vie de côtelette":

Ma vie de côtelette
Temps Présent - Publié le 28 septembre 2017

ats/boi

Publié le 03 octobre 2017 - Modifié le 03 octobre 2017

Trop de porcelets

Parmi ses exigences, la PSA demande aussi à la branche de réduire la production de porcelets. Dans le cas contraire, les paysans n'auront bientôt plus suffisamment de place pour eux dans les étables.

En effet, dès la fin août 2018, environ 60'000 places d'engraissement disparaîtront: les producteurs devront avoir réduit les surfaces en béton perforé à un tiers de la surface totale. Chaque porc aura droit à un espace de 0,9 mètre carré, au lieu de 0,65 jusque-là.

Si l'élevage de porcelets se poursuit au même rythme, il faudra probablement en tuer des dizaines de milliers, dénonce la PSA, ce qui ne serait "pas acceptable sur le plan éthique".