Modifié le 14 septembre 2017

La Confédération demande plus d'aide pour les réfugiés arrivant en Libye

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga jeudi à Bruxelles.
La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga jeudi à Bruxelles. [Olivier Hoslet - EPA/Keystone]
La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga s'est engagée jeudi pour que le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés ait accès aux "hébergements, parfois en milieu carcéral, des migrants" en Libye.

Le nombre de "traversées dangereuses et parfois mortelles en Méditerranée" a drastiquement régressé ces derniers temps, a affirmé la conseillère fédérale jeudi à Bruxelles. Ce n'est pourtant pas une raison pour ne pas être attentif.

"Au contraire, il y a beaucoup de gens en Libye qui ne vivent pas dans des conditions dignes." Les Etats européens ont la responsabilité "de faire immédiatement quelque chose pour ces gens", a-t-elle ajouté.

Soutien pour les retours volontaires

Selon la ministre de la Justice, les pays européens doivent en outre soutenir les migrants qui veulent volontairement retourner dans leur pays.

Simonetta Sommaruga tire, par ailleurs, un bilan positif de la participation de la Suisse au programme européen de relocalisation des requérants d'asile qui expire officiellement le 26 septembre. La Suisse tiendra sa promesse d'accueillir, d'ici la fin de l'année, 1500 personnes venant d'Italie et de Grèce, a-t-elle dit.

ats/hend

Publié le 14 septembre 2017 - Modifié le 14 septembre 2017

90'000 retours volontaires

Depuis 1997, plus de 90'000 requérants d'asile sont retournés de manière autonome depuis la Suisse dans leurs pays respectifs, en bénéficiant d'une aide au retour. Au premier rang de ces pays figurent le Kosovo, pour environ 40'000 personnes, et la Bosnie et Herzégovine, pour 10'000 personnes.

Ces cinq dernières années, la Suisse a vu chaque mois, en moyenne, 230 bénéficiaires d'une aide au retour quitter son territoire, à destination de plus de 60 pays.