Modifié

Les CFF veulent garder le monopole sur le trafic grandes lignes

Grandes lignes: le BLS engage un bras de fer avec les CFF [RTS]
Grandes lignes: le BLS engage un bras de fer avec les CFF / 19h30 / 2 min. / le 8 septembre 2017
Les CFF veulent garder le trafic grandes lignes entre leurs mains. L'ex-régie fédérale a demandé vendredi le renouvellement de sa concession pour 15 ans, alors que la compagnie BLS demande de pouvoir desservir 5 lignes.

Actuellement, les CFF exploitent seuls les lignes longue distance (Intercity, correspondances Eurocity, Interregio et Regioexpress). La majorité de ces concessions expirent en décembre 2017 et doivent être réattribuées par l'OFT.

En vue de cette échéance, les entreprises ferroviaires ont été invitées en février à discuter de la nouvelle répartition des grandes lignes ferroviaires. Mais la table ronde est restée sans résultat, font savoir les CFF vendredi.

Dialogue difficile

Le dialogue a toutefois été poursuivi séparément avec la Südostbahn (SOB) et le BLS. Un accord de partenariat a été trouvé avec la SOB en juillet.

Rien de tel n'a pu être conclu avec le BLS. Les CFF "restent toutefois disposés à étudier toutes les possibilités de coopération". Mais à certaines conditions: cela doit s'inscrire dans une concession portant sur l'ensemble du territoire, les avantages pour les clients doivent être manifestes et les coûts globaux du système freinés. De son côté, BLS ne renonce pas non plus à "une collaboration constructive avec les CFF".

Cinq lignes demandées par le BLS

Mais la compagnie BLS veut, dès 2020, desservir les lignes Interlaken (BE)-Berne-Bâle, Brigue (VS)-Berne-Bâle, Berne-Olten, Bienne-Berne et Le Locle (NE)-Berne progressivement.

Avec la concession demandée la deuxième compagnie ferroviaire du pays souhaite ajouter à son réseau actuel deux relations InterCity et trois relations RegioExpress.

BLS prévoit d'exploiter les 5 lignes avec de nouveaux trains et compte pour ce faire investir près de 495 millions.

>> Les interviews du patron des CFF Andreas Meyer et de celui de BLS Bernhard Guilelmon:

Andreas Meyer et Bernhard Guilelmon. [Keystone]Keystone
La BLS veut casser le monopole des CFF sur les grandes lignes / Forum / 6 min. / le 8 septembre 2017

ats/cab

Publié Modifié

Vues opposées sur les effets du partage de la concession

En cas de morcellement de la concession, les coûts globaux du système augmenteraient de 15 à 20 millions de francs par an en raison des synergies non exploitées, estiment les CFF.

Le changement de système à lui seul induirait par ailleurs des coûts de l'ordre de 20 à 40 millions de francs. Et plusieurs centaines de collaborateurs seraient obligés de changer d'employeur.

Le BLS assure qu'avec son projet, il n'y aura aucun coût supplémentaire pour la Confédération ni pour les cantons. Si les lignes lui sont attribués, 290 postes pourront être créés.