Modifié le 05 septembre 2017

Onze candidats "anonymes" à la succession de Didier Burkhalter

Onze candidats "de l'ombre" visent le siège de Didier Burkhalter au Conseil fédéral.
Onze candidats "de l'ombre" visent le siège de Didier Burkhalter au Conseil fédéral. [PETER KLAUNZER]
Comme à chaque élection au Conseil fédéral, de simples citoyens s'annoncent pour entrer au gouvernement. Ils sont onze à vouloir tenter leur chance le 20 septembre pour succéder à Didier Burkhalter.

Selon la Constitution fédérale, tout citoyen ayant le droit de vote est éligible au gouvernement fédéral. Concrètement, si un candidat obtient moins de dix voix, il est éliminé à partir du deuxième tour du scrutin.

Ainsi, à chaque élection au Conseil fédéral, les services du Parlement reçoivent environ "une douzaine" de ces "candidatures sauvages", précise la porte-parole des services du Parlement. En général, "il s'agit de gens qui viennent de toutes les régions linguistiques de Suisse".

Dossiers à disposition des parlementaires

Dans le cadre de la succession Burkhalter, un Tessinois de 74 ans a notamment posé sa candidature, selon 24 heures et la Tribune de Genève. Le Blick am Abend parlait en juillet d'une Bernoise de 58 ans qui s'est également lancée dans la course. Le Bund lui a consacré un portrait.

Les candidats doivent simplement prouver qu'ils sont suisses et qu'ils peuvent voter. Les candidatures sont rangées dans un classeur mis à disposition des parlementaires auprès du secrétariat général.

ats/pym

Publié le 05 septembre 2017 - Modifié le 05 septembre 2017