Modifié

Les soldats suisses seront bientôt mobilisés par SMS

Des soldats consultent leurs téléphones portables sous les yeux du conseiller fédéral Guy Parmelin (au fond, centre) et du chef de l'armée Philippe Rebord (au fond, gauche). [Marcel Bieri]
Des soldats consultent leurs téléphones portables sous les yeux du conseiller fédéral Guy Parmelin (au fond, centre) et du chef de l'armée Philippe Rebord (au fond, gauche). [Marcel Bieri]
La mise en oeuvre du développement de l'armée se poursuit. Ces nouvelles bases entrent en vigueur dès le 1er janvier 2018 et seront concrétisées jusqu'en 2022. La troupe sera notamment mobilisée par SMS.

L'armée a organisé jeudi une journée d'informations sur DEVA à Berthoud (BE), en présence notamment du conseiller fédéral Guy Parmelin et du chef de l'armée Philippe Rebord.

Le but: trouver un nouvel équilibre entre les tâches à effectuer et les ressources mises à la disposition de l’armée. Les 20 milliards de francs consentis par le Parlement suffisent pour la réforme, selon Guy Parmelin.

Rapidité

Question rapidité, la Suisse posera des jalons, estime Philippe Rebord. Pour des événements non prévisibles comme les catastrophes naturelles ou les attaques terroristes, les premières forces devraient être engagées sur le terrain en quelques heures seulement.

Trois jours après, 8000 soldats pourraient être mobilisés. Dix jours après, 35'000, grâce aux nouvelles formations de milice à disponibilité élevée. Ces forces ne seront plus alertées par un ordre de marche écrit, mais par SMS, comme l'armée a d'ailleurs déjà commencé à le faire, ou par d'autres moyens de communication électroniques.

ats/pym/ta

Publié Modifié