Modifié

La Suisse priée de mieux accueillir les mineurs non accompagnés

Le nombre de requérants mineurs non accompagnés a explosé. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Le nombre de requérants mineurs non accompagnés a explosé. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Les requérants d'asile mineurs qui arrivent en Suisse sans leur famille devraient bénéficier de structures particulières. L'ONU appelle à réformer la procédure pour mieux adapter les centres fédéraux d'accueil.

Par rapport à la situation dans d'autres pays, le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) reconnaît que la prise en charge en Suisse fonctionne bien et que les standards sont "solides".

"La réforme actuelle constitue une occasion idéale de mettre en oeuvre des aménagements souvent simples et peu coûteux", estime toutefois la cheffe du Bureau de l'agence onusienne pour la Suisse et le Liechtenstein, Anja Klug.

Sites protégés recommandés

Parmi les priorités, le HCR recommande des sites protégés, séparés selon le sexe et un enseignement scolaire adapté aux mineurs. Une personne de contact doit être responsable de chacun d'entre eux, et seule une femme devrait prendre en charge une jeune fille.

Le HCR appelle aussi à répondre aux besoins particuliers de certains requérants. Des procédures doivent être établies pour les identifier systématiquement, notamment les personnes handicapées, les personnes âgées, les femmes enceintes ou les victimes de violences.

ats/ebz

Publié Modifié

Minimiser la restriction de mouvement

Le HCR recommande encore de minimiser les restrictions à la liberté de mouvement, y compris en dehors des centres, et de protéger la vie privée et familiale des requérants. Il souhaite la garantie d'un encadrement permanent et la présence de personnel médical, mais aussi des programmes d'occupation d'utilité publique ou encore des cours de langue.

Le dialogue des requérants avec la société civile doit être favorisé. Ces personnes doivent aussi pouvoir conserver leur téléphone portable et avoir accès à Internet, affirme également le HCR.