Modifié le 13 juillet 2017

L’argent de poche, outil d’apprentissage pour les enfants suisses

Le Röstigraben de l'argent de poche
Le Röstigraben de l'argent de poche 19h30 / 1 min. / le 12 juillet 2017
En Suisse, la plupart des enfants touchent leur premier argent de poche entre 6 et 10 ans, indique un sondage mandaté par Credit Suisse. Toutefois, les enfants romands commencent plus tard à gérer leur propre pécule.

Le début de l'école primaire coïncide en Suisse avec l'introduction à l'éducation financière, affirment les auteurs d'un sondage mandaté par Credit Suisse et publié mercredi.

A 6 ans, la plupart des parents estiment que leur enfant peut comprendre la fonction de l'argent. A 7 ans, il est jugé apte à effectuer de petits achats et un an plus tard, il peut disposer librement de ses économies, selon la majorité des répondants.

Les enfants de 5 à 7 ans reçoivent le plus souvent 4 francs par mois. Un enfant de 10 ans perçoit en moyenne 14 francs, contre 48 francs pour un jeune de 14 ans.

> L'étude résumée en vidéo:

 

Moins prioritaire en Suisse romande

La gestion de l'argent est surtout une priorité outre Sarine. Quelque 40% des parents alémaniques y voient un objectif "très important" de l'éducation, contre 20% des Romands.

En Suisse romande, l'argent de poche est distribué à un âge plus tardif et reste un peu moins répandu. Il est habituel que les enfants n'en reçoivent qu'au moment de leur entrée à l’école secondaire.

>> Voir le témoignage d'enfants et de parents romands:

Argent de poche des petits Suisses: témoignages
19h30 - Publié le 12 juillet 2017
 

ats/ptur

Publié le 12 juillet 2017 - Modifié le 13 juillet 2017

Première étude en Suisse sur le rôle de l'argent de poche

L'étude de Credit Suisse, la première réalisée dans le pays sur l'éducation financière et le rôle de l'argent de poche, se base sur une double enquête menée en ligne, dont une partie sur les sites du Blick, du Matin et de 20 Minuti/Ticinonline. Avec plus de 14'000 participants au total, elle analyse les réponses de 7200 parents d'enfants âgés entre 5 et 14 ans.

Priver d'argent de poche a peu d'effet

Alors que 92% des parents prennent des mesures disciplinaires à l’encontre de leurs enfants, le fait de priver d'argent de poche n'a plus beaucoup d'effet comme mesure éducative. Les sanctions concernant les appareils électroniques et moyens de communication sont jugées les plus efficaces, affirme un volet de l'étude de Credit Suisse sur l'argent de poche, relayé mardi par le Blick.

Près de deux parents sur trois interrogés limitent l'accès au monde numérique, en bannissant l'ordinateur ou le smartphone. La moitié prive leurs enfants de télévision. Près de 30%, surtout les parents âgés de plus de 60 ans, préfèrent confiner les récalcitrants dans leur chambre ou à la maison.

Seulement 13% des répondants considèrent la privation d’argent de poche comme une option. L'enfant semble pouvoir renoncer plus facilement à ce petit appoint qu'aux médias. En outre, il ne ressent pas sur-le-champ les conséquences de la punition.