Modifié

Le transport de produits dangereux par le rail n'est pas risqué, selon Berne

Le transport des marchandises dangereuses requiert des mesures de sécurité particulières. [Karl Mathis - KEYSTONE]
Le transport de produits dangereux par le rail n'est pas risqué, selon Berne / Le Journal horaire / 1 min. / le 28 juin 2017
Une évaluation du Conseil fédéral montre que le transport de marchandises dangereuses par le rail ne présente pas de risque accru pour la population.

Le Conseil des Etats avait chargé le gouvernement de présenter les mesures pour réduire les risques liés au transport de fret dangereux.

Le transport de chlore par wagons-citernes est un exemple. Après une première déclaration en 2002, entreprises et autorités concernées en ont signé une deuxième en 2016, qui fixe des objectifs sévères pour diminuer les accidents.

Entrée en vigueur dès 2018

Le nouveau texte doit être appliqué en 2018. Les wagons-citernes circulent déjà à vitesse réduite à travers Genève et Lausanne. Ce train ne passe plus par la gare des marchandises de la Praille (GE) pour changer de locomotive.

Selon un dernier bilan, moins de 0,5% des lignes nationales présentent un risque accru lié aux marchandises dangereuses. Seuls les Pays-Bas appliquent un niveau de sécurité aussi élevé, se félicite mercredi le Conseil fédéral.

D'autres options sont actuellement à l'étude pour une réduction supplémentaire des risques dès 2019.

ats/vz

Publié Modifié

25'000 tonnes de chlore annuelles via l'arc lémanique

Environ 25'000 tonnes de chlore transitent chaque année par la région lémanique. Il faudra en plus utiliser les wagons-citernes les plus sûrs actuellement disponibles et supprimer les obstacles le long des voies ferrées.

En Valais, les allers-retours entre Viège et Brigue devraient disparaître. Les gros consommateurs importent la majorité de leur chlore par rail depuis Lyon et Grenoble, le long des rives du Léman. Le producteur devrait opter pour un itinéraire plus court traversant des régions moins peuplées.