Modifié le 21 juin 2017

Pantalons, jupes, shorts, des chauffeurs de bus inégaux face à la canicule

Les chauffeurs de CarPostal n'ont pas le droit de porter des shorts, même en cas de canicule.
Les chauffeurs de CarPostal n'ont pas le droit de porter des shorts, même en cas de canicule. [Gian Ehrenzeller - Keystone]
A Nantes, six chauffeurs de bus ont conduit leurs véhicules vêtus de jupes. Ils contestaient ainsi l'interdiction faite par leur hiérarchie de porter des shorts par temps de canicule. La même chose pourrait-elle se produire en Suisse?

Six chauffeurs de bus nantais ont attiré l'attention des médias sur leur tenue mardi. Venus travailler en jupe, ils entendaient ainsi protester contre l'interdiction émise par leur employeur de travailler en bermuda même lorsque les températures dépassent la barre des 30 degrés.

Le responsable syndical interrogé par France Bleu explique que les températures dans les bus pouvaient monter jusqu'à 50 degrés derrière les pare-brises. Et de relever aussi une discrimination pour les hommes, les femmes ayant le droit de porter des jupes.

Mais qu'en est-il en Suisse?

En Suisse, chaque entreprise fixe elle-même son règlement d'habillement: ainsi, CarPostal, qui dessert de très nombreuses destinations dans l'ensemble du pays, refuse le port du short à ses employés masculins. Toutefois, ceux-ci peuvent porter des chemises à manches courtes et s'abstenir ainsi de porter la cravate.

A Genève, bus et trams sont conduits par des conducteurs en pantalon, pour des raisons d'image et d'hygiène. Le porte-parole des Transports publics genevois, François Mutter, souligne que la très grande majorité des postes de conduite sont climatisés et que de l'eau est mise à disposition gratuitement depuis le début de la vague de chaleur.

Dans le canton de Neuchâtel, les jambes nues sont proscrites pour les hommes pour des raisons d'hygiène, indique Aline Odot, la porte-parole de l'entreprise TransN. Interrogée sur l'éventuel port de jupes par les conducteurs, elle rigole, avant d'expliquer qu'il serait complexe pour un homme de se procurer une jupe, les employés disposant d'un certain nombre de points à utiliser pour commander leurs pièces d'uniforme et la jupe ne figurant pas sur les commandes possibles pour les hommes. "Il faudrait alors que le conducteur emprunte la jupe d'une conductrice", complète-t-elle.

A moins que les chauffeurs nantais n'aient fait des émules, si vous voyez des conducteurs les mollets à l'air en montant dans le bus, il y a des chances que vous vous trouviez sur le réseau des Transports publics lausannois (TL). Dans les pièces d'habillement proposées au personnel figurent en effet des bermudas.

ebz

Publié le 21 juin 2017 - Modifié le 21 juin 2017