Modifié le 16 juin 2017

La Suisse sera "pragmatique" sur la directive de l'UE sur les armes

Dans le sillage de l'UE, la Suisse devra modifier sa réglementation sur les armes à feu.
La Suisse fera une adaptation "pragmatique" de la directive de l'UE sur les armes Le 12h30 / 1 min. / le 16 juin 2017
Le Conseil fédéral va reprendre de manière "pragmatique" un durcissement de l'Union européenne de sa réglementation sur les armes à feu. A l'avenir, il faudra être membre d'une société de tir pour garder son arme militaire.

L'UE va durcir d'ici fin 2019 sa réglementation sur les armes à feu. Comme membre de l'espace Schengen, la Suisse doit le faire également, sous peine de voir l'accord dénoncé, a estimé vendredi le Conseil fédéral.

L'annonce était attendue. La mise en oeuvre concrète reste à définir. La Suisse a deux ans pour le faire. Le Conseil fédéral entend utiliser la marge de manoeuvre existante pour tenir compte de la tradition suisse du tir.

Carte de membre obligatoire

Les armes de service pourront être conservées après le service militaire. Les chargeurs 20 coups ne seront pas prohibés. Ces armes pourront servir au tir sportif, annonce le gouvernement.

Mais à l'avenir, les personnes qui souhaitent garder leur arme devront être membres d'une société de tir et tirer régulièrement. Pour les détenteurs d'armes actuels, ces conditions ne s'appliquent pas. Les chasseurs ne sont pas non plus concernés.

>> Ecouter aussi le débat entre le débat entre les conseillers nationaux Jean-Luc Addor (UDC/VS) et Lisa Mazzone (Les Verts/GE):

Lisa Mazzone et Jean-Luc Addor.
Forum - Publié le 16 juin 2017
 

>> Voir aussi l'éclairage du 19h30 sur les armes:

Les soldats suisses ne veulent plus garder l'arme à la maison
19h30 - Publié le 08 juin 2017

ats/jgal

Publié le 16 juin 2017 - Modifié le 16 juin 2017

Les sociétés de tir mobilisées

Car les sociétés de tir étaient montées au front rapidement pour dénoncer une attaque contre une tradition helvétique.

Les tireurs s'inquiètent surtout pour l'utilisation de magasins de munitions à 20 coups, l'arme de service ou l'obligation d'adhérer à une société de tir. Ils ont déjà brandi la menace d'un référendum.