Modifié le 16 juin 2017 à 10:43

Des frondeurs veulent faire de Pro Tell un véritable lobby des armes

Pro-Tell, l'organisation pour un droit libéral sur les armes, a convoqué une assemblée extraordinaire.
Des frondeurs veulent faire de proTELL un véritable lobby des armes Le Journal du matin / 1 min. / le 09 juin 2017
Un groupe de frondeurs veut faire de la Société pour un droit libéral sur les armes une organisation plus active politiquement, a appris la RTS. Il espère renverser le comité de Pro Tell lors d'une assemblée samedi à Zurich.

Les contestataires, emmenés par le conseiller national UDC Jean-Luc Addor (VS), souhaitent faire de ProTell, qui regroupe 9000 amateurs de tir et collectionneurs, une organisation plus dynamique pour la défense des armes en Suisse. En toile de fond de ces tensions figure la future révision de la loi suisse sur les armes, qui pourrait reprendre des normes européennes plus strictes en matière de chargeurs ou de registres.

Une organisation restée trop passive

Vice-président de l'organisation, le Valaisan veut combattre ces changements et souhaite donc en renouveler le comité. "Pro Tell est restée très passive par rapport à tout ce qui s'est passé à l'échelon européen, par rapport à d'autres groupes - que ce soit en Suisse alémanique ou en Suisse romande - qui se préoccupent de la défense de nos droits et de nos libertés", explique-t-il.

Et dans son combat, Jean-Luc Addor a trouvé des relais: il y a deux mois, une majorité de l'assemblée a accepté la tenue d'une assemblée extraordinaire avec, à l'ordre du jour, un vote de confiance.

"Seules les voies légales ont droit de cité"

La démarche inquiète la Vaudoise Christine Blanc, elle aussi membre du comité. "Les partisans de M. Addor se sont montrés convaincants", reconnaît-elle. "Ils ont eu un certain nombre de membres de leur côté en faisant miroiter une lutte sans merci contre les nouvelles directives de l'Europe sur les armes, alors que malheureusement, dans notre pays, seuls les voies légales ont droit de cité."

De son côté, l'actuel président ad intérim Werner Hohler reproche à Jean-Luc Addor des positions radicales. En mars dernier, le conseiller national UDC valaisan a déposé une initiative parlementaire pour un port d'arme citoyen, ce qui dérange une partie du comité.

Le style du combat pour les armes en jeu

Lors de l'assemblée extraordinaire samedi à Zurich, le comité proposera à la présidence le député au Grand conseil fribourgeois Rudolf Vonalthen (PLR). Il s’était fait connaître au-delà de son canton en s’engageant en 2015 contre l’ouverture du centre pour requérant d’asile à Chevrilles (FR).

Jusqu'à 9000 membres de Pro Tell pourront voter, avec comme enjeu le style et le degré d'intensité de leur combat pour la défense des armes.

Julien Bangerter/oang

Publié le 16 juin 2017 à 08:02 - Modifié le 16 juin 2017 à 10:43