Modifié le 07 juin 2017 à 17:44

Une plateforme de trading faussement "suisse" leurre ses clients

Le site internet de Trade-24 promet des échanges "en confiance", loin de la réalité.
Le site internet de Trade-24 promet des échanges "en confiance", loin de la réalité. [DR]
Les témoignages de clients lésés par la plateforme de trading Trade-24.com, qui prétend être basée en Suisse, se multiplient. La société ne détient pas d'autorisation de la Finma.

"Connaissez-vous Tesla? Je peux vous annoncer que le groupe a signé un important contrat avec le gouvernement chinois." C'est ainsi qu'une campagne de télémarketing tente d'attirer de potentiels clients suisses vers la plateforme de trading Trade-24.com.

L'argument du gain facile est mis en avant par la personne au bout du fil. "L'action de Tesla va monter, je vous propose d'en profiter." S'il montre de l'intérêt, le client est poussé à ouvrir un compte sur Trade-24, où l'investissement de départ minimum est de 500 dollars.

Pour le constructeur de véhicules électriques, contacté par la RTS, il est évident que cette façon de procéder en promettant des pseudo-informations d'initiés "est une arnaque".

Société "suisse" inconnue

Trade-24, qui utilise des numéros de téléphone suisses, se vend comme une société installée à Zurich. Pourtant, aucune société portant ce nom n'apparaît à l'adresse donnée dans le registre du commerce.

Contactée, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) confirme que Trade-24 ne dispose pas d'autorisation de sa part, qui l'a immédiatement placé sur sa liste noire.

Sur le site Forexfraud, qui compile les expériences d'utilisateurs sur différentes plateformes douteuses, les témoignages à charge au sujet des pratiques de trade-24 s'accumulent.

"Mon manager a investi tous mes fonds sans autorisation et j'ai tout perdu", écrit un client floué. Des sommes atteignant 20'000 dollars sont évoquées. D'autres racontent qu'il leur est impossible de récupérer l'argent déposé sur les comptes ou encore que leurs cartes de crédit ont été débitées sans autorisation.

Utilisation de logos sans autorisation

HSBC est également lésée par les pratiques de Trade-24. La banque était présentée par téléphone et sur le site internet de Trade-24 comme "fournisseur de liquidités". Un rôle que nie HSBC. "Nous ne travaillons pas avec Trade-24 et nous allons prendre des mesures appropriées contre l'utilisation non-autorisée de notre marque."

Lors de notre dernier pointage, c'est désormais le logo de CitiBank qui a remplacé celui de HSBC. Trade-24 n'a jamais répondu aux sollicitations ni aux questions de la RTS.

>> Le sujet de l'émission On en parle:

Restez vigilants face aux offres d'argent sur internet.
peshkov - fotolia
On en parle - Publié le 31 mai 2017

Marc Renfer

Publié le 07 juin 2017 à 16:29 - Modifié le 07 juin 2017 à 17:44

Une société qui voyage

Après avoir été enregistrée aux Iles Marshall, Trade-24 s'est déplacée à Belize, où le régulateur local a affirmé qu'elle ne détenait pas de licence. Les autorités financières néo-zélandaise et britannique ont aussi averti que le site ne détenait pas les autorisations nécessaires.