Modifié

Non, la Suisse n'est pas autonome dans sa production d'électricité

Des pylônes électriques édifiés à Collonges, près de Martigny (VS). Image d'illustration. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Des pylônes électriques édifiés à Collonges, près de Martigny (VS). Image d'illustration. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Opposé à la stratégie énergétique 2050, le PLR Benoît Genecand a affirmé mercredi dans Infrarouge que la Suisse "produisait 100% de son électricité". Faux, répond la Confédération, le pays n'est pas autonome dans son approvisionnement.

La sécurité de l'approvisionnement de la Suisse en énergie est au coeur de la campagne sur la stratégie énergétique 2050. L'électricité représente un quart de la consommation totale d'énergie des Suisses.

Dans l'émission Infrarouge mercredi, Benoît Genecand (PLR/GE) a insisté sur "la particularité de la Suisse". "On a toujours réussi à faire 100% de notre électricité", affirme le conseiller national. A ses yeux, la nouvelle loi sur l'énergie aboutira à "une diminution de la sécurité de l'approvisionnement".

>> Voir le passage dans Infrarouge entre les minutes 4'44 et 5'55

Stratégie énergétique 2050: à quel prix? [RTS]
Stratégie énergétique 2050: à quel prix? / Infrarouge / 55 min. / le 3 mai 2017

Production insuffisante en hiver

Des propos contredits par l'Office fédéral de l'énergie (OFEN). "La Suisse n'est pas du tout autonome dans son approvisionnement en électricité", indique Marianne Zünd, porte-parole de l'OFEN.

Les chiffres de l'OFEN montrent en effet une réalité plus nuancée. Lors des dix derniers semestres d'hiver, la production indigène n'a jamais été suffisante pour répondre à la demande d'électricité des Suisses. La Suisse est donc obligée de s'approvisionner à l'étranger durant la période hivernale quasiment chaque année, en particulier auprès de ses voisins français et allemand.

Excédentaire sur l'ensemble de l'année

Contacté vendredi, Benoît Genecand explique qu'il prend en compte la production sur l'ensemble de l'année. "Au total, on produit plus que ce que l'on consomme", argue l'élu libéral-radical. Cela, les chiffres de l'OFEN l'attestent aussi. Excepté en 2005, 2006, 2010 et 2011, le volume des exportations d'électricité a dépassé celui des importations en Suisse. En 2015, l'excédent d'exportation s'élevait à 1035 gigawattheure.

Benoît Genecand craint qu'avec la stratégie énergétique 2050, qui prévoit une sortie progressive du nucléaire, le "trou" dans le solde importateur-exportateur se creuse encore davantage lors de la période hivernale. "C'est en hiver que nos centrales nucléaires couvrent la part la plus importante de notre production d'électricité, fait-il valoir. Comme l'on ne pourra pas s'appuyer sur l'énergie solaire, ce déficit favorisera un développement massif de l'éolien", ce à quoi le PLR s'oppose.

>> Lire aussi: Stratégie énergétique à 3200 fr. par ménage: "pas correct", selon Leuthard

Baisser la consommation

Du côté de l'OFEN, on est conscient que la nouvelle loi sur l'énergie ne permettra pas de résoudre le problème hivernal d'un jour à l'autre. "Mais elle pose les jalons nécessaires pour augmenter la production indigène aussi en hiver et pour baisser la consommation", dit Marianne Zünd.

>> Lire aussi: L'avenir énergétique de la Suisse se joue dans les urnes le 21 mai

Théo Allegrezza

Publié Modifié