Modifié le 01 mai 2017 à 16:51

Les Verts regagnent du terrain dans les législatifs cantonaux

Le Grand Conseil vaudois lors de l'inauguration du nouveau parlement à Lausanne.
Le Grand Conseil vaudois lors de l'inauguration du nouveau parlement à Lausanne. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Après les élections vaudoises de dimanche, l'UDC reste le parti le mieux représenté dans les législatifs cantonaux, devant le Parti libéral-radical (PLR). Quant aux Verts, ils ont gagné du terrain.

Le Parti écologiste, en net recul lors des dernières élections fédérales en 2015, a depuis remonté la pente. Il a gagné trois sièges dans le canton de Fribourg, six au parlement neuchâtelois (en incluant le désormais indépendant Xavier Challandes qui a rejoint le groupe Verts), six en Valais, puis deux dimanche sur Vaud. Leurs seules pertes, légères, ont été subies en Suisse alémanique.

Les Verts ont aussi pu placer pour la première fois un candidat à l'exécutif de la Ville de Berne avec Alec von Graffenried, puis récemment sa candidate Brigit Wyss à l'exécutif du canton de Soleure, également une première. Au niveau suisse, les Verts comptent désormais 183 élus dans les législatifs cantonaux et sept représentants dans les gouvernements.

Cela reste loin de l'UDC et de ses 576 sièges parlementaires, ainsi que 22 exécutifs, ou du PLR (566 et 42, premier parti de Suisse au niveau gouvernemental). Les deux vainqueurs des élections fédérales maintiennent voire accroissent leur présence dans les cantons, comme le montrent les chiffres les plus récents de l'institut gfs.bern.

Stagnation de l'UDC en Suisse romande

Mais l'UDC stagne toutefois en Suisse romande et n'exploite pour l'instant pas le potentiel que le parti y voyait après l'élection au Conseil fédéral du Vaudois Guy Parmelin.

Si le parti a gagné deux sièges en Valais, il a perdu des plumes à Neuchâtel (-12 en comptant le transfuge Xavier Challandes, qui a depuis rejoint les Verts). Dimanche encore, l'UDC a perdu deux sièges dans le canton de Vaud.

Cette stagnation au législatif s'accompagne de revers dans les exécutifs, à Fribourg, Neuchâtel et en Valais. Sur Vaud, un deuxième tour départagera l'UDC Jacques Nicolet et la socialiste Cesla Amarelle.

Fortunes diverses pour le PS et le PDC

Le PS (460 élus) et le PDC (426), les deux viennent-ensuite en terme de parlementaires cantonaux, connaissent des fortunes diverses depuis les élections fédérales de 2015. Les socialistes ont gagné des sièges notamment à Soleure et en Argovie. Ils ont maintenu le statu quo ou limité la casse à Neuchâtel, Vaud et Valais.

Les démocrates-chrétiens sont en revanche en difficulté. Ils ont enregistré des pertes dans presque toutes les élections des parlements. Le PDC a notamment perdu du terrain en Valais. Il reste cependant solide dans les gouvernements, avec 40 sièges au niveau suisse.

Le PBD a essuyé aussi quelques pertes, alors que les Vert'libéraux ont un bilan plus contrasté, avec des gains à Schwyz et Schaffhouse, mais des pertes légères ou une stagnation en Suisse romande.

ats/tmun

Publié le 01 mai 2017 à 15:02 - Modifié le 01 mai 2017 à 16:51

Bilan proche d'un sondage national

Ce bilan épouse peu ou prou les contours d'un sondage de gfs.bern dévoilé récemment. Si des élections nationales avaient lieu maintenant, le PS gagnerait 1,5 point de pourcentage à 20,3%, le PLR 0,9 (17,3%), les Verts 1,7 (8,8%) et les Vert'libéraux 0,3 (4,9%). Malgré une baisse de 1,1 point, l'UDC resterait le premier parti de Suisse avec 28,3%. Le PDC enregistrait un repli de 0,9 point (10,7%) et le PBD de 1,1 (3%).

L'institut expliquait le léger glissement à gauche par la votation sur la troisième réforme de l'imposition des entreprises (RIE III), qui a été refusée le 12 février.