Modifié le 20 mars 2017 à 08:55

Unia et le SSP soutiennent la réforme de la prévoyance vieillesse

Le relèvement à 65 ans de l'âge de la retraite des femmes reste une pilule amère pour Unia.
Le relèvement à 65 ans de l'âge de la retraite des femmes reste une pilule amère pour Unia. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Le Syndicat des services publics (SSP) et Unia se rangent derrière la réforme de la Prévoyance vieillesse 2020 approuvée par le Parlement. Les deux organisations renoncent finalement à lancer un référendum.

Réunis en assemblée samedi, les délégués des deux syndicats ont vivement débattu sur le texte. Le vote a été serré par deux fois. Du côté d'Unia, le oui l'a emporté par 55 voix contre 47 et au SSP, par 22 voix contre 19, ont-ils indiqué.

Pour beaucoup de délégués, il a été difficile d'approuver le texte, selon le porte-parole d'Unia Philipp Zimmermann. Le relèvement à 65 ans de l'âge de la retraite des femmes est dur à avaler. Les femmes paient ainsi le prix fort de la réforme, "un élément très négatif" du projet d'Alain Berset qui sera soumis au peuple le 24 septembre, fait savoir Unia.

Des progrès considérables

Néanmoins, la réforme apporte des progrès considérables. Pour la première fois depuis des décennies, les nouvelles rentes seront augmentées, soulignent les syndicats.

Le renforcement de l'AVS est aussi un signe politique important, car c'est le pilier le plus stable de la prévoyance vieillesse, selon Unia. L'AVS est reconduite dans une stabilité financière avec des chiffres noirs, note pour sa part le SSP.

>> Voir aussi notre suivi de la session parlementaire: Le peuple aura le dernier mot sur la réforme des retraites

ats/kg

Publié le 18 mars 2017 à 16:04 - Modifié le 20 mars 2017 à 08:55