Modifié

Les cantons exhortent Berne à revoir son aide financière aux coûts de l'asile

Vaud requérants (image d'illustration). [Gaëtan Bally - Keystone]
Les cantons exhortent Berne de revoir son aide financière aux coûts de l'asile / Le Journal du matin / 1 min. / le 9 mars 2017
Les coûts dans les domaines de l'asile et de l'intégration pèsent toujours plus lourd sur les budgets des communes et des cantons. La Confédération doit y participer davantage, demandent les cantons.

Les représentants des cantons ont rencontré vendredi dernier Simonetta Sommaruga et Johann Schneider-Ammann pour leur présenter des revendications chiffrées.

Le montant moyen nécessaire pour assurer l'intégration des personnes admises provisoirement et des réfugiés reconnus se monte à 18'000 francs par personne et par année. Or, la Confédération verse un forfait unique de 6000 francs par personne, même pas de quoi couvrir le coût des cours de langue que devraient pouvoir suivre ces migrants.

Les cantons jugent ce montant insuffisant et souhaitent un engagement de la Confédération plus marqué dans le domaine de la formation pour les jeunes adultes entre 16 et 25 ans, qui n'ont pas suivi de formation scolaire en Suisse. Dès lors qu'ils peuvent rester dans le pays, il faut leur permettre de pouvoir se former. Cela concerne environ 20'000 personnes par an.

Intégration vouée à l'échec

Les cantons s'inquiètent encore du sort des mineurs non accompagnés, dont les subsides fédéraux ne permettent pas un hébergement et un encadrement adéquats. Pourtant, l'année dernière, la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des Affaires sociales, la Conférence des gouvernements cantonaux ainsi que la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique avaient émis des recommandations à ce propos, validées par la Confédération.

Mais ces différents acteurs constatent aujourd'hui que si tous les cantons suivaient ces recommandations, il manquerait 69 millions de francs par an. Dans le contexte actuel, l'objectif de l'intégration est voué à l'échec, estiment les cantons, qui exhortent Berne de revoir son soutien financier à la hausse, si possible cette année encore.

Alain Arnaud/lgr

Publié Modifié