Modifié

Guy Parmelin prié de revoir son programme d'achat d'armement 2017

Le conseiller fédéral Guy Parmelin s'est retrouvé au milieu d'un véritable tir croisé lors de la session du Conseil fédéral. [Anthony Anex - Keystone]
Le refus de la RIE III et le programme d’armement ont occupé le Conseil fédéral / Forum / 2 min. / le 15 février 2017
Le conseiller fédéral en charge de la Défense espérait faire passer dans son programme d'armement des achats et investissements pour près d'un milliard de francs. Son projet a été recalé en séance du Conseil fédéral mercredi.

Selon une information de la RTS, trois co-rapports venus des conseillers fédéraux Doris Leuthard, Simonetta Sommaruga et Ueli Maurer ont poussé Guy Parmelin à battre en retraite.

Des questions ont notamment porté sur les priorités de ce programme d'armement, très orienté sur les forces aériennes. Près de 500 millions de francs sont en effet destinés à prolonger la durée de vie des avions F/A-18.

Priorité à la cyber-défense

Concrètement, la volonté de Guy Parmelin de vouloir équiper les avions de capacités d'attaque au sol, alors que la priorité constatée par le rapport de politique de sécurité est la cyber-défense, a été questionnée.

>> Lire aussi: Guy Parmelin veut armer la flotte de F/A-18 avec des bombes

Achat de munitions en question

Des questions ont également porté sur un important crédit de plus de 200 millions de francs pour l'achat de munitions. Avec en outre quelques problèmes de technique financière dans son message, le ministre a été contraint de reculer et de remanier son message.

Guy Parmelin n'est toutefois pas le premier ministre qui voit son programme d'armement recalé au premier passage. Mais il se serait volontiers passé d'une nouvelle fronde, lui qui essuie encore les retombées de l'abandon du projet de missile sol-air BODLUV.

>> Lire aussi: La première année mouvementée de Guy Parmelin au Conseil fédéral

Stéphane Deleury/kkub

Publié Modifié

Première discussion après l'échec de la RIE III

Le Conseil fédéral a mené mercredi une première discussion après l'échec de la 3e réforme de l'imposition des entreprises dimanche dans les urnes. La marche à suivre et le calendrier des mesures à prendre seront abordés lors de l'une de ses prochaines séances.

Les travaux d'analyse ont déjà été entamés. Le Département fédéral des finances s'est mis immédiatement à la tâche pour préparer la suite.

Une rencontre entre le ministre des finances Ueli Maurer et les directeurs cantonaux des finances est prévue ces prochains jours, a indiqué le porte-parole du gouvernement André Simonazzi sans plus de commentaires.