Modifié

Les médias alémaniques se montrent sévères sur l'affaire Céline Amaudruz

La presse alémanique n'est pas tendre avec la conseillère nationale genevoise Céline Amaudruz.
L'affaire Céline Amaudruz critiquée en Suisse alémanique / Le 12h30 / 1 min. / le 24 décembre 2016
Plusieurs journaux alémaniques critiquaient samedi la vice-présidente de l'UDC Suisse, la conseillère nationale genevoise Céline Amaudruz, qui a été interpellée au volant de sa voiture avec une alcoolémie de 1,9 pour mille.

Plusieurs médias reprochent notamment à Céline Amaudruz d'avoir contacté le conseiller fédéral Guy Parmelin à son arrivée au poste. Le Tages-Anzeiger, par exemple, titre d'entrée de jeu sur son site internet: "La femme UDC ivre et son conseiller fédéral". Le ton est donné. S'en suit une description des faits plutôt ironique.

>> Lire aussi: Politiciens et scandales, des écarts privés qui deviennent affaires d'Etat

Selon le journal, l'avocat de Céline Amaudruz, qui se trouve être le conseiller national Christian Lüscher, est un habitué des  cas difficiles puisqu'il a défendu le fils de l'ex-dictateur du Nigéria, Abba Abacha. L'article se conclut par un bilan politique plutôt sévère de l'activité de l'élue après cinq ans de Conseil national. Il rappelle que la Genevoise n'a pas de gros coups à son actif, et qu'elle a commis quelques erreurs sur son sujet de prédilection, confondant parfois requérants d'asile, réfugiés, étrangers avec permis B ou d'autres catégories.

Intenses discussions en coulisses

Le Blick revient aussi sur l'affaire. Selon le quotidien, si le parti national fait bonne figure, cela discuterait intensément en coulisses quant à savoir comment gérer l'affaire.

Le secrétaire général de l'UDC Suisse confie que l'appel téléphonique à Guy Parmelin les a un peu surpris. Et de terminer par le fait que le parti est ouvert a prendre des mesures mais qu'il attend la fin de l'enquête pour se prononcer.

Tania Sazpinar/jgal

Publié Modifié