Modifié le 25 décembre 2016 à 09:23

Malgré le manque de neige, skier à Noël reste possible

Il est possible de skier dans la plupart des stations d’altitude malgré le manque de neige
Il est possible de skier dans la plupart des stations d’altitude malgré le manque de neige 19h30 / 2 min. / le 23 décembre 2016
Si le ciel n'a jusqu'ici pas été généreux en flocons, la plupart des grandes stations sont ouvertes, grâce notamment aux canons à neige. En Valais, les deux tiers des pistes sont ouvertes dès aujourd'hui.

"Même si la neige naturelle fait çà et là encore défaut, les bonnes conditions d'ensoleillement qui ont régné jusqu'à présent en montagne" séduisent, relève Véronique Kanel, porte-parole de Suisse Tourisme. Et avec les basses températures, "la neige artificielle tient", précise-t-elle.

En Valais, les deux tiers des domaines sont ouverts, pour près de 2000 kilomètres de pistes. "Nous avons tout misé sur l'enneigement artificiel. Nous avons construit huit kilomètres de réseau supplémentaire pour un investissement de huit millions de francs en faisant fonctionner environ 150 canons à neige toutes les nuits", indique à la RTS le directeur des remontées de Nendaz-Veysonnaz François Fournier. Reste que la glisse sur la neige artificielle n'est pas sans risque (lire encadré).

Ouverture partielle à Leysin et à Villars

Avec 105 centimètres d'enneigement et près de 260 kilomètres de pistes, les amateurs de glisse pourront sans problème s'adonner à leur passion à Zermatt, en Valais. Ailleurs, comme aux 4 Vallées (VS) ou à Gstaad (BE), les pistes sont également bien épaisses, avec une couche de respectivement 80 et 70 centimètres.

Mais il ne faut pas nécessairement beaucoup de neige pour ouvrir des pistes, note Amélie Vouardoux, de l'Office du tourisme vaudois. Dans le canton, par exemple, elles sont souvent constituées de pâturages et il en faut très peu.

"Les domaines de Leysin et Villars proposent ainsi des ouvertures partielles pour les fêtes", illustre-t-elle. Glacier 3000 aux Diablerets est aussi ouvert.

Grindelwald et Wengen font la moue

En revanche, les stations de moyenne et basse altitude ont plus de difficultés, observe Véronique Kanel, chez Suisse Tourisme. Elles n'ont souvent pas de canons. C'est par exemple le cas à Disentis (GR) qui est fermé.

Dans la région de la Jungfrau (BE), pourtant à une hauteur plus élevée, les stations de Grindelwald et de Wengen font également grise mine. Seuls 34 kilomètres de pistes sont praticables sur 204.

Pas de neige avant janvier

La neige tombera-t-elle bientôt? Rien n'est moins sûr. Les dernières précipitations dignes de ce nom sont tombées il y a plus d'un mois, le 19 novembre, au nord des Alpes et en Valais central.

Des perturbations faibles en provenance de l'ouest ont sporadiquement amené quelques précipitations, mais elle n'ont pas suffi à atténuer la sécheresse, a relevé vendredi SRFMeteo.  D'après les prévisions actuelles, la neige ne devrait tomber qu'en janvier.

Philippe Aigroz, de l'Institut pour l'étude de la neige et des avalanches, explique ainsi à la RTS que "cela fait quatre ans qu'on est largement sous les moyennes un 23 décembre. On mesure 38 centimètres de neige à une altitude de 2200 mètres alors qu'il y a quelques années, on était à 150."

kg avec ats

Publié le 24 décembre 2016 à 13:51 - Modifié le 25 décembre 2016 à 09:23

La neige des canons est plus dangereuse pour les skieurs

Si les canons à neige remplissent bel et bien leur mission, les accidents à ski se multiplient toutefois en raison de la dureté du revêtement et du manque de neige le long des pistes. La gravité des chutes est, du même coup, souvent plus lourde.

Selon le Bureau de prévention des accidents (bpa), la grande majorité des accidents survient sans implication de tiers. Il recommande ainsi aux skieurs et snowboardeurs de s'équiper d'un casque et de faire vérifier le fonctionnement des fixations.

En Suisse, 2,5 millions de personnes pratiquent le ski et 370'000 autres sont amateurs de snowboard. Au total, 65'000 d'entre eux se blessent chaque année sur ou en dehors des pistes, relève le bpa.