Modifié le 30 novembre 2016 à 08:27

Partisans et opposants à la réforme RIE III lancent leur campagne

Les défenseurs (haut) et les opposants à la RIE III ont présenté leurs arguments mardi.
Les défenseurs (haut) et les opposants à la RIE III ont présenté leurs arguments mardi. [Anthony Anex/Peter Schneider - keystone]
Opposants et défenseurs de la troisième réforme de l'imposition des entreprises (RIE III) ont croisé le fer mardi en lançant leur campagne pour la votation du 12 février.

Le comité pour le oui insiste sur l'attractivité de la place économique, tandis que les partisans du non dénoncent une arnaque au détriment la classe moyenne.

Cette réforme entraînerait des pertes fiscales d'au moins 2,7 milliards de francs par an, soit 1,3 milliard pour la Confédération, et 1,4 milliard pour les cantons, les villes et les communes, estiment les opposants. Selon la coalition qui regroupe le PS, les Verts, la Jeunesse socialiste, les Jeunes Verts, les syndicats et l'association Attac, la facture serait payée par les contribuables "normaux".

Une réforme "bénéfique pour l'économie"

A l'inverse, le comité bourgeois (PLR, UDC, PDC, Vert'libéraux et PBD) en faveur de la réforme affirme que ce projet maintiendra l'attractivité et la compétitivité de la place économique suisse.

Les pertes fiscales enregistrées dans un premier temps seront par la suite compensées par un dynamisme accru.

ats/hend

Publié le 29 novembre 2016 à 12:56 - Modifié le 30 novembre 2016 à 08:27

Référendum de la gauche

La réforme RIE III a été attaquée par référendum par une alliance constituée du PS, des Verts, de la Jeunesse socialiste, des Jeunes Verts, des syndicats et d'Attac.