Modifié le 29 octobre 2016 à 12:52

L'équilibre social "gravement menacé" en Suisse, estime le syndicat Unia

Quelque 350 délégués d'Unia sont réunis à Genève jusqu'à samedi.
Unia dresse son bilan quadriennal et fixe les objectifs de sa stratégie future Le 12h30 / 1 min. / le 29 octobre 2016
Réuni en congrès à Genève, le syndicat Unia se dit vivement préoccupé par la "désastreuse politique d’austérité et de démantèlement". Il envisage notamment un référendum contre la réforme Prévoyance vieillesse 2020.

Unia tient depuis jeudi et jusqu'à samedi son grand congrès national quadriennal à Palexo. C'est l'occasion, pour les 350 délégués présents, de faire le bilan des quatre années écoulées et surtout de discuter des objectifs et de la stratégie pour les années à venir.

Personnes fragiles "sous pression"

Le syndicat constate dans une résolution que l'équilibre social est "gravement menacé" en Suisse et entend lancer au cours des prochaines années une campagne active contre cette situation. Il dénonce notamment "le financement antisocial des caisses-maladie", qui "met sous pression toujours davantage de personnes alors que les attaques contre l’AVS et les autres assurances sociales touchent durement les plus fragiles."

Le texte s’oppose également "aux dégradations prévues dans le cadre de la réforme Prévoyance vieillesse 2020". Les délégués ont du reste décidé formellement de lancer un référendum si les mesures de "démantèlement" sont maintenues.

oang

Publié le 28 octobre 2016 à 18:59 - Modifié le 29 octobre 2016 à 12:52

Vania Alleva réélue à la présidence

Les délégués d'Unia ont confirmé vendredi à la présidence Vania Alleva (46 ans) ainsi que les membres sortants du comité directeur.

Aldo Ferrari et Martin Tanner ont été reconduits comme vice-présidents. Le comité est désormais réduit de neuf à sept membres.