Modifié le 24 octobre 2016 à 20:54

Christian Levrat: "La droite paie la facture de la politique qu'elle mène"

Christian Levrat.
Christian Levrat évoque les bons résultats de la gauche et l’identité religieuse suisse Forum / 10 min. / le 24 octobre 2016
Après le virage à droite des élections fédérales, la victoire de la gauche à Bâle-Ville et en Argovie réjouit Christian Levrat. Le président du PS Suisse estime que la droite paie la facture de la politique qu'elle mène.

Interrogé lundi dans l'émission Forum, le président du PS Suisse Christian Levra se déclare satisfait de la victoire de la gauche dimanche lors de sélections cantonales à Bâle-Ville et en Argovie. Pour lui, la droite paie la facture de la politique qu'elle mène depuis quelques mois au Parlement.

"La droite a augmenté les budgets de l'armée, des routes, elle exempte les riches propriétaires fonciers d'une partie des impôts qu'ils devraient payer, fait des cadeaux à hauteur de quelques milliards aux entreprises, massacre la réforme des retraites proposée par Alain Berset, c'est clair que cela laisse des traces, notamment chez les électeurs qui sont attachés à un certain consensus, qui sont à la recherche de solutions qui incluent peu ou prou tout le monde dans la recherche de majorité", relève Christian Levrat. Selon lui, la droite se moque de ces majorités depuis les élections fédérales.

Cinq élections sur sept gagnées

"Sur les sept élections cantonales qui ont eu lieu depuis 2016, le PS en a gagné cinq. Les socialistes ont également fait d'excellents résultats dans les élections communales, notamment à Lausanne et à Bienne où le PS s'est affirmé comme l'unique force capable de garantir la qualité de vie de la population", précise le président du PS Suisse.

Pour les élections cantonales fribourgeoises dans deux semaines, la situation est très tendue: "Il faudra une forte mobilisation pour faire face à la large alliance qui va du PDC à l'UDC", selon  lui.

>> L'analyse de Stéphane Deleury:

De gauche à droite: Conradin Cramer (PLR), Eva Herzog (PS), Elisabeth Ackermann (Verts), Christoph Brutschin (PS) et Lukas Engelberger (PDC), le 23 octobre 2016.
Georgios Kefalas - Keystone
Forum - Publié le 24 octobre 2016

Querelle religieuse avec Gerhard Pfister

Interrogé sur la querelle spirituelle qui l'oppose à Gerhard Pfister, président du PDC, Christian Levrat juge que Gerhard Pfister a quelque peu fait marche arrière pour tenter d'éteindre la polémique qu'il a lui-même provoquée. "Je suis, comme Gerhard Pfister, un catholique pratiquant, mais cette théologisation de l'Etat à laquelle se livre le président du PDC ne me paraît pas propre à garantir la paix religieuse."

>> Lire: Gerhard Pfister: "C'est chrétien de renvoyer les requérants déboutés"

lan

Publié le 24 octobre 2016 à 18:43 - Modifié le 24 octobre 2016 à 20:54