Modifié le 24 octobre 2016 à 10:04

Les CFF vendent des vieux wagons à l'amiante à une compagnie tchèque

Un train arrêté en gare de Domodossola (image d'illustration).
Les wagons avaient été sortis du circuit mais pas à cause de la présence de l'amiante. [Martin Ruetschi - Keystone]
Les CFF ont vendu 25 wagons à la compagnie ferroviaire tchèque RegioJet. Encaissant un million lors de l'opération, ils ont aussi pu se débarrasser d'un autre problème: les voitures contenaient de l'amiante.

Les CFF s'exposent au soupçon d'avoir simplement "exporté" un désagréable problème. Mais ils ne l'entendent pas de cette oreille. Au contraire, ils "prennent très au sérieux la responsabilité liée à l'amiante.

Les assainissements et traitements effectués jusqu'ici l'ont montré", indique le centre de presse de l'ex-régie fédérale.

"Amiante aggloméré"

"Comme nous l'avons déjà annoncé en juillet 2016, il s'agit d'amiante aggloméré présent en faible quantité, qui ne peut être ôté que par un travail de ponçage, comme par exemple en cas d'assainissement de la rouille. Cela ne constitue pas et n'a jamais constitué un danger pour les passagers", écrivent les CFF.

Ces wagons avaient été retirés du circuit à cause de leur vieil âge. Dans le document de vente, le nouveau propriétaire RegioJet s'est engagé à faire assainir les wagons par une entreprise reconnue.

Pour le syndicat SEV (lire aussi ci-dessous), les CFF auraient pourtant été les mieux placés pour remettre les wagons aux normes.

ats/sbad

Publié le 24 octobre 2016 à 09:35 - Modifié le 24 octobre 2016 à 10:04

Questions morales

La joie suscitée par cette affaire est indéniable à l'interne chez les CFF, comme le montre un tweet d'un collaborateur sur le sujet: "Les CFF ont pu vendre une petite série de wagons chargés d'amiante. C'est bien ainsi."

"La transaction a dû être effectuée correctement du point de vue juridique", selon le vice-président du SEV en charge des CFF Manuel Avallone.

"Mais, d'un point de vue moral, on peut reprocher le fait d'avoir simplement vendu à l'étranger des wagons contenant de l'amiante", ajoute-t-il. Cela suscite à tout le moins des questions éthiques et morales.

Pour le vice-président du SEV, les faits sont d'autant plus étonnants que l'ex-régie fédérale agissait sinon de manière exemplaire lorsqu'elle se trouvait confrontée au problème de l'amiante.

Jusqu'en 2010, les CFF ont systématiquement désamianté l'ensemble de leur matériel roulant ou mis de manière ciblée les voitures contenant de l'amiante à la casse.

Transaction approuvée au niveau fédéral

Les CFF ont tout de même pris des garanties dans l'opération effectuée avec RegioJet. La vente a été précédemment clarifiée avec l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) et l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), précise la compagnie ferroviaire helvétique.

L'OFEV indique qu'il a donné son accord le 13 juin 2016 au transfert des 25 wagons, qui contenait de petites quantités d'amiante aggloméré, après avoir examiné une demande des CFF et la documentation jointe à ce sujet.