Modifié le 26 septembre 2016 à 18:29

Une hausse moyenne confirmée de 4,5% pour les primes maladie en 2017

Les primes maladies 2017 devraient augmenter de 4,5% en moyenne
Les primes maladies 2017 devraient augmenter de 4,5% en moyenne 12h45 / 1 min. / le 26 septembre 2016
Les primes maladie standard vont renchérir de 4,5% en moyenne suisse l'an prochain, soit la plus forte hausse en six ans. Cela représente une augmentation d'un peu plus de 19 francs par mois.

Déjà parmi les plus touchés l'an dernier, les Jurassiens affichent la hausse la plus importante (+7,3%). Suivent les assurés des cantons de Glaris (+7,1%), du Valais (+6,4%) et d'Appenzell Rhodes-Intérieures (+6,4%), indique lundi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans un communiqué.

Pour onze cantons, la hausse sera supérieure à 5%. C'est notamment le cas chez les Romands avec, outre le Jura et le Valais, Fribourg (+5,1%), Neuchâtel (+5,6%) et Genève (+5,7%), ainsi qu'au Tessin (+5,7%). Dans huit autres cantons, dont le canton de Vaud (+4,9%), la hausse se situera entre 4% et 5%.

>> Lire aussi Les primes maladie ont augmenté de 159% depuis 20 ans

Les cantons les moins touchés par l'augmentation des primes standard pour adultes avec une franchise de 300 francs et une couverture accident sont ceux de Berne (+3,5%) et d'Argovie (+3,6%). Au total, dans sept cantons (AG, BE, LU, SH, TG, ZG, ZH), tous alémaniques, la hausse moyenne de la prime sera inférieure à 4%.

Valais et Fribourg bien lotis en Suisse romande

En chiffres absolus, et malgré les fortes augmentations dans ces cantons, ce sont toujours les habitants d'Appenzellois Rhodes-Intérieures qui s'en tirent le mieux au niveau suisse (347 francs) et les Valaisans au niveau romand (394 francs), talonnés dans cette région par les Fribourgeois (422 francs).

Les moins chanceux demeurent les habitants de Bâle-Ville, qui devront débourser 567 francs par mois. En Suisse romande, il s'agit des Genevois (554 francs) et des Vaudois (495 francs). Les Tessinois (474 francs) se situent aussi au-dessus de la moyenne nationale, qui s'établit à 447 francs.

Berset inquiet de la hausse pour les enfants

L'augmentation des primes pour enfants sera même plus forte. Elles seront rehaussées en moyenne de 6,6% au niveau national, soit 6,55 francs par enfant. Les primes versées ces dernières années n'ont pas permis de couvrir les coûts, souligne l'OFSP. A noter que dans cette catégorie, Genève (+9,7), le Valais (+8,2%) et le Jura (+8,2%) affichent les progressions les plus importantes.

Les primes pour jeunes adultes (entre 19 et 25 ans) subiront quant à elles une hausse de 5,4%, soit 21,13 francs de plus par mois en moyenne.

Présente devant la presse lundi à Berne, Alain Berset s'est dit inquiet de cette évolution: "Enfants et familles ne doivent pas être pénalisés". Les primes versées ces dernières années n'ont pas permis de couvrir les coûts effectifs, a souligné le ministre de la Santé pour expliquer cette "forte hausse". Les traitements médicaux dispensés aux enfants sont plus nombreux et onéreux depuis quelques années. Surtout, les primes pour enfants doivent amorcer un "processus de rattrapage".

>> Lire aussi: "Coup dur" ou "malhonnête", la hausse des primes est amèrement vécue

ats/ebz/boi

Publié le 26 septembre 2016 à 10:02 - Modifié le 26 septembre 2016 à 18:29

Coup dur pour le "low cost"

L'adaptation du mécanisme de compensation des risques va peser de manière négative sur la hausse de certaines primes, note en outre l'OFSP. Des caisses maladie "low cost" et "satellites" devront dès 2017 verser des redevances plus importantes. A l'inverse, des caisses abritant surtout des assurés ayant besoin de nombreuses prestations recevront des contributions plus élevées.

Ces dix dernières années, les primes standard ont augmenté en moyenne de 3,6% chaque année. Lors de l'introduction de la loi sur l'assurance maladie (LAMal) en 1996, la prime s'élevait à 173 francs, contre 447 francs pour 2017. Le montant mensuel moyen des primes a ainsi presque triplé durant cette période.

Délais et modalités pour changer de caisse

Chaque assuré est en droit de changer de caisse pour choisir une assurance maladie de base moins chère. Il doit toutefois veiller à respecter les modalités et les délais prescrits. Suivez le guide.

Les caisses maladie doivent annoncer les nouvelles primes aux assurés jusqu'au 31 octobre. Ceux-ci ont ensuite jusqu'au 30 novembre pour résilier leur contrat.

Un changement de caisse est possible dans tous les cas, même si la prime de l'assurance de base n'a pas augmenté et si l'assuré a conclu une assurance avec franchise à option ou avec un choix limité de médecins et d'hôpitaux.

Il est aussi possible de rester dans une caisse pour l'assurance de base et de contracter des assurances complémentaires dans une autre. Il faudra alors se soumettre à un questionnaire de santé pour les complémentaires.

L'Office fédéral de la santé publique recommande d'entreprendre les démarches assez tôt et par courrier recommandé: la résiliation doit impérativement parvenir à l'assureur avant fin novembre. C'est la date d'arrivée du courrier et non celle de son envoi qui fait foi.