Modifié le 09 septembre 2016 à 20:35

Premières actions en justice civile en Suisse contre AMAG et Volkswagen

Des actions civiles ont été lancées contre VW et AMAG
Des actions civiles ont été lancées contre VW et AMAG 19h30 / 2 min. / le 09 septembre 2016
Une première action est lancée vendredi devant le Tribunal de première instance de Genève par l’avocat Jacques Roulet. Il demande 15'000 francs en dommages et intérêts pour un propriétaire d'une VW Sharan TDI, a appris la RTS.

La demande sera suivie d'une demande en invalidation de contrat concernant une VW Touran TDI, elle aussi contre AMAG et Volkswagen. Il s'agit de procès-pilote, une première en Suisse qui ne connaît pas les actions collectives.

>> Voir les explications de l'avocat Jacques Roulet:

Première action en justice civile contre VW
L'actu en vidéo - Publié le 09 septembre 2016

"Escroquerie"

L'avocat, qui représente 600 clients lésés, défend qu'ils ont été victimes d'escroquerie et de défaut en garantie. La présence d’un logiciel truquant les émissions d'oxyde d'azote (NOx) fait que les véhicules acquis ne correspondent pas à ce que les clients étaient en droit de recevoir pour le prix payé. AMAG estime que toute plainte pénale ou civile contre elle est sans fondement.

L'action en justice est lancée alors que le Tribunal pénal fédéral doit statuer sur un recours contre la non entrée en matière décidée par le Ministère public de la Confédération en mai. Saisi de près de 2000 plaintes, le MPC avait renoncé à ouvrir une procédure pénale et transmis les plaintes au parquet de Braunschweig qui enquête sur l'affaire en Allemagne.

>> Voir les explications de Pascal Jeannerat dans le 19h30:

Actions civiles contre VW: les explications de Pascal Jeannerat
19h30 - Publié le 09 septembre 2016

>> Lire aussi: Contre-attaque des propriétaires de Volkswagen lésés en Suisse

Pascal Jeannerat/cab

Publié le 09 septembre 2016 à 13:50 - Modifié le 09 septembre 2016 à 20:35

Quelque 180'000 véhicules touchés en Suisse

L'Office fédéral des routes (OFROU) estime à 180'000 le nombre de véhicules de différentes marques sous la coupe de Volkswagen équipés de moteurs diesel truqués en Suisse.

Le constructeur allemand a indiqué qu'il prendrait en charge les coûts de la remise en état des engins.

Malgré quelques retards, Amag, importateur général du groupe Volkswagen en Suisse, assure que la totalité des convocations se feront durant l'année 2016.