Modifié

Près de 30% des Suisses seraient prêts à renoncer à l'obligation de s'assurer

Près de 30% des Suisses aimeraient pouvoir être libres de s'assurer ou non. [Gaetan Bally]
Près de 30% des Suisses aimeraient pouvoir être libres de s'assurer ou non. [Gaetan Bally]
Plus de 28% des Suisses seraient prêts à renoncer à l'obligation d'avoir une caisse maladie et préféreraient la liberté contractuelle, à l'image du modèle américain, selon une étude de bonus.ch.

Les Tessinois se sont largement prononcés en faveur de la liberté de contracter (40,3% de oui, soit deux personnes sur cinq), contre 26,8% d'opinions favorables en Suisse romande et 26,6% en Suisse alémanique. Ce constat a été tiré dans le cadre de l'enquête de satisfaction annuelle du comparateur bonus.ch sur les caisses maladie.

Au niveau cantonal, l'enquête relève que presque la moitié des sondés du canton d'Argovie souhaiteraient renoncer à l'obligation de s'assurer, contre moins d'un assuré sur cinq en Valais.

La hausse des primes en cause

Dans les cantons de Neuchâtel et du Jura, qui ont subi une forte augmentation des primes en 2016, un tiers des sondés aimerait avoir accès à la liberté de contracter.

Bonus.ch relève que les Suisses se déclarent majoritairement satisfaits de leur assurance maladie (77% chez les Suisse alémaniques contre 64,8% en Suisse romande et 68,7% au Tessin). "On peut en déduire que c'est le niveau de la prime qui est l'élément rédhibitoire", analyse le comparateur.

jvia

Publié Modifié

La méthodologie

L'étude a été menée du 8 juin au 20 juillet 2016 auprès de 1900 utilisateurs/clients de bonus.ch, via une invitation par e-mail et sécurisé par une clef unique.

Les sondés viennent de toute la Suisse, avec une sur-pondération en Suisse-Romande (45% de francophones, 45% de germanophones et 10% d'italophones). Il s'agit à 54% d'hommes et 46% de femmes et 90% d'entre eux ont plus de 25 ans.