Modifié

Simonetta Sommaruga convaincue par la solution de la préférence indigène

La solution trouvée par la commission, qui a le soutien de Simonetta Sommaruga, vise à ne pas mettre en danger les bilatérales. [Peter Schneider - Keystone]
La solution trouvée par la commission, qui a le soutien de Simonetta Sommaruga, vise à ne pas mettre en danger les bilatérales. [Peter Schneider - Keystone]
La solution trouvée par une commission du National pour mettre en oeuvre l'initiative contre l'immigration de masse du 9 février 2014 est perçue positivement par Simonetta Sommaruga, qui veut responsabiliser les employeurs.

Pour Simonetta Sommaruga, la baisse de l'immigration dépend des employeurs. S'ils prennent conscience qu'ils doivent d'abord chercher des collaborateurs indigènes pour des postes à repourvoir, l'immigration pourrait être réduite, a expliqué la ministre de la Justice dans un entretien avec la NZZ am Sonntag.

La proposition de la commission compétente du Conseil national présentée vendredi prévoit une préférence indigène avec la publication des offres d'emploi d'abord dans les offices régionaux de placement.

>> Lire aussi: La préférence indigène pour appliquer l'initiative UDC du 9 février 2014

Simonetta Sommaruga souligne en outre que l'option présentée vendredi respecte également l'accord de libre circulation des personnes. Une solution qui vise à ne pas mettre en danger les bilatérales.

Le Conseil fédéral veut néanmoins encore discuter d'une solution à l'amiable avec l'Union européenne. Il s'y emploie, mais il ne faut en effet pas s'attendre à de grandes concessions de la part de l'UE, après le Brexit. Ce ne serait "pas réaliste", confie Simonetta Sommaruga.

ats/mre

Publié Modifié