Modifié le 22 août 2016 à 21:17

L'Italie demande un traitement "humanitaire" pour les migrants de Côme

La crise migratoire à Côme préoccupe l'Italie
La crise migratoire à Côme préoccupe l'Italie L'actu en vidéo / 12 min. / le 22 août 2016
Le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni, de passage à la RTS lundi, a demandé que la crise migratoire à la frontière avec son pays soit traitée de manière "humanitaire et non bureaucratique".

Pour le ministre, la Suisse ne devrait pas accueillir plus ou moins de migrants que ce qu'elle fait maintenant. En revanche, elle doit trouver une manière de rester dans le cadre des accords européens, du traité de Schengen et donc de la libre circulation des personnes. 

L'Italie est en première ligne dans la crise migratoire. Paolo Gentiloni pense que "l'Europe devrait faire plus pour la crise migratoire". Car il n'est pas réaliste de penser que seuls un pays ou deux sur 28, l'Italie et la Grèce en l'occurrence, vont pouvoir gérer la crise migratoire, d'autant qu'elle dure depuis longtemps et va durer longtemps encore.

"Partager l'effort"

Le ministre souligne que dans vingt ans, l'Afrique comptera peut-être trois fois plus d'habitants que l'Europe, et donc le phénomène risque bien de s'accentuer. Il faut par conséquent que les pays du Vieux Continent s'organisent pour anticiper et "partager cet effort".

gax/pym

Publié le 22 août 2016 à 19:59 - Modifié le 22 août 2016 à 21:17