Modifié

La chouette chevêche d'Athéna regagne du terrain en Suisse

Une chouette Chevêche, petit rapace nocturne qui a souffert de l'aménagement du territoire. [Markus Stuecklin - Keystone]
Une chouette Chevêche, petit rapace nocturne qui a souffert de l'aménagement du territoire. [Markus Stuecklin - Keystone]
La chouette chevêche d'Athéna, menacée de disparition au tournant du siècle, reconquiert la Suisse avec succès. Quelque 150 territoires où des couples se sont reproduits ont été recensés en 2016.

Aujourd'hui, cette espèce niche dans les cantons de Genève, du Jura et du Tessin, ainsi que dans le Seeland (BE/FR), a indiqué mercredi l'association Birdlife. Une recolonisation prochaine du nord-ouest de la Suisse est espérée, grâce aux populations vivant en Alsace et dans le sud de l'Allemagne.

Victime de l'aménagement du territoire

Ce petit rapace nocturne a surtout souffert de l'aménagement du territoire. L'expansion des zones construites et l'intensification des pratiques agricoles ont fortement contribué à la diminution des effectifs.

Grâce à un programme de conservation mené par Birdlife, des groupes régionaux et des agriculteurs sensibles à la cause de la chouette, le recul a pu être stoppé.

Les territoires où des couples de chouettes chevêches d'Athéna se sont reproduits n'étaient qu'une soixantaine dans les années 2000. Jusqu'en 2014, l'effectif suisse a de nouveau augmenté pour atteindre 121 territoires. En 2016, 152 étaient répertoriés.

ats/tmun

Publié Modifié

Conditions météo favorables

"Cette nette augmentation depuis 2014 est surtout due au bon succès reproducteur de 2015: l'an passé, environ 2,5 jeunes par couple nicheur sont arrivés à l'envol, une valeur plus élevée que les années précédentes", commente Christian Meisser du Groupe ornithologique du bassin genevois (GOBG).

Ce bon résultat est notamment dû à la météo chaude et sèche de l'été 2015 ainsi qu'à des nichoirs équipés d'un dispositif anti-fouines. "En raison de l'hiver clément, peu de chevêches sont mortes de faim, ce qui a donné un nouvel élan à la dispersion pour la saison 2016", indique Françoise Schmit de BirdLife Suisse.