Modifié le 17 août 2016 à 12:39

De nombreux migrants passent en Allemagne illégalement via la Suisse

La douane séparant Kreuzlingen, dans le canton de Thurgovie, et Constance, en Allemagne.
De nombreux migrants passent en Allemagne illégalement via la Suisse Le 12h30 / 1 min. / le 17 août 2016
Si les contrôles aux frontières sont désormais importants, de nombreux migrants parviennent tout de même à traverser la Suisse illégalement pour passer d'Italie en Allemagne, selon une enquête du Tages-Anzeiger.

Chaque jour, dix à vingt migrants entrent illégalement depuis la Suisse en Allemagne dans l'arrondissement de Constance, explique mercredi au Tages-Anzeiger Frank Hämmerle, qui dirige la région. Cela représente 300 à 600 par mois et il s'agit souvent de mineurs non accompagnés.

Une situation similaire est constatée à la frontière bâloise, note le quotidien alémanique. Selon Frank Hämmerle, beaucoup ont acheté un billet en Italie pour les emmener directement à Constance pour 100 ou 1000 dollars.

Cachés dans des camions

Et si les gardes-frontière suisses mènent d'importants contrôles au Tessin, que ce soit dans les trains ou aux postes-frontière, de nombreux migrants passeraient à travers la Suisse cachés dans des camions, des autobus ou des taxis de longue distance.

Je souhaite que l'on intensifie les contrôles aux frontières et sur toute la route pour réduire ce flux

Frank Hämmerle, qui dirige l'arrondissement allemand de Constance

"Je souhaite que l'on intensifie les contrôles aux frontières et sur toute la route pour réduire ce flux", se plaint Frank Hämmerle. Et d'espérer que toutes les parties intensifient leurs efforts. Les autorités de Constance ont ainsi approché l'ambassadrice de Suisse à Berlin Christine Schraner Burgener pour évoquer la situation.

2300 entrées illégales cette année

Les chiffres avancés par Frank Hämmerle ne sont pas officiels. Toutefois, précise le Tages-Anzeiger, selon les décomptes des arrondissements de Constance et Weil am Rhein, à la frontière bâloise, les entrées illégales dans ces deux régions se montent à 1300 pour juin et juillet. Le chiffre est en augmentation, même s'il reste faible par rapport aux 150'000 migrants arrivés en Allemagne via la Bavière à l'automne dernier.

Le ministère allemand de l'Intérieur chiffre lui à 2300 le nombre d'entrées illégales dans le pays via la Suisse pour la première moitié de 2016. En extrapolant avec les chiffres de la police, on arrive à un total de 3000 entrées illégales à fin juillet.

boi

Publié le 17 août 2016 à 09:40 - Modifié le 17 août 2016 à 12:39

Récente rencontre germano-suisse

Le 6 août dernier, Simonetta Sommaruga, cheffe du Département fédéral de justice et police, avait rencontré à Dresde le ministre fédéral allemand de l’Intérieur Thomas de Maizière pour évoquer les récents drames terroristes en Europe, mais aussi la collaboration entre les deux pays en matière de migration.

Les deux dirigeants s'étaient félicités d'une étroite coopération dans ce domaine, notamment dans les régions frontalières. Mais aucun autre détail n'avait été donné sur la teneur de cette collaboration.

Quelques jours après, lors d'une rencontre avec les médias, la conseillère fédérale avait assuré que traverser la Suisse n'était pas une option. "La Suisse ne veut pas devenir un pays de transit", avait-elle martelé.

Pour la ministre, il s'agirait d'une entrave aux accords de Dublin qui serait difficile à justifier auprès de l'Allemagne. Et la Suisse ne le veut pas non plus parce que ce serait déplacer le problème plus loin, par exemple en Suisse.