Modifié le 29 juillet 2016 à 12:59

Pionnière dans la reconnaissance, la Suisse tarde sur le mariage gay

Les Verts'libéraux ont déposé une initiative parlementaire en 2013, visant à ouvrir le mariage civil à tous (photo d'illustration).
La Suisse en retard face au mariage homosexuel Le Journal du matin / 1 min. / le 29 juillet 2016
Aujourd'hui, environ un milliard de personnes vivent dans des pays qui reconnaissent le mariage pour tous, soit un septième de la population mondiale. La Suisse, elle, n'est pas concernée.

L'évolution des législations a été très rapide, puisque le mariage homosexuel n'existait pas il y a 15 ans seulement. La première union officielle a eu lieu aux Pays-Bas en 2001.

La Suisse a été pionnière en étant le premier pays au monde à reconnaître, par le peuple, les couples homosexuels à travers le partenariat enregistré. La première union a eu lieu en 2007.

Ce "Pacs", qui apporte la reconnaissance politique et juridique du couple, n'a-t-il pas freiné le processus? Pour la vice-présidente des Vert'libéraux Isabelle Chevalley, "on s'est un peu endormi après le Pacs, en se disant qu'on avait fait un grand pas et qu'on pouvait s'arrêter là. Après cela, nos voisins ont été plus rapides que nous."

Les Vert'libéraux ont déposé une initiative parlementaire en décembre 2013, visant à ouvrir le mariage civil à tous. Un combat essentiel pour les milieux concernés, même si le regard sur le mariage est contrasté.

Reconnaître le couple

Selon Barbara Lanthemann, secrétaire romande de l'Organisation suisse des lesbiennes (LOS), "certaines femmes assez féministes pensent qu'il faudrait moderniser un peu l'institution avant de l'introduire pour les couples homosexuels. Mais en même temps, on se bat pour l'égalité des droits. Le mariage est quelque chose d'important: c'est une reconnaissance du couple. Pas seulement de l'homosexualité, mais du couple homosexuel. Du mode de vie, de la famille. L'adoption, elle, viendra de toute façon".

L'adoption d'enfants par des couples homosexuels, voilà qui fait peur à certains. Le premier pas toutefois déjà été franchi avec la décision fédérale d'accorder le droit d'adoption de l'enfant du conjoint.

>> A lire: Le Conseil national accepte la réforme du droit d'adoption

Plus un crime depuis 1942

Pionnière aussi, la Suisse l'a été sur la dépénalisation de l'homosexualité au niveau fédéral "en 1942 déjà", rappelle l'invité du Journal du matin Thierry Delessert, chercheur à l'Université de Lausanne et spécialiste de l'histoire de l'homosexualité en Suisse.

Certains cantons, comme Genève, Vaud, le Valais et le Tessin, avaient même déjà sauté le pas en 1798.

Si la France a été le premier pays du monde à dépénaliser les relations entre même sexe en 1791, elle effectue un virage à 180 degrés en 1942, sous le régime de Vichy. Il faudra attendre 1982 pour que la France dépénalise définitivement l'homosexualité.

>> A écouter l'interview de Thierry Delessert en intégral:

L'invité de la rédaction - Thierry Delessert
L'invité de la rédaction - Publié le 29 juillet 2016

Tolérée dans le civil, l'homosexualité était en revanche puni dans le code pénal militaire Suisse, souligne Thierry Delessert.

"L'objet de mon travail actuellement, montre que dans les années 1950, il y a eu un transfert du code pénal militaire dans la société civile. La police a commencé à appliquer des mesures assez expéditives d'interrogatoires, où l'on retrouvait cette ramification, notamment à Lausanne, de prison, de pénalisation, de tolérance, etc".

Ce n'est qu'en 1992 que tous les dispositifs sont définitivement abolis dans le code pénal suisse.

fme

Publié le 29 juillet 2016 à 11:24 - Modifié le 29 juillet 2016 à 12:59