Modifié le 12 juillet 2016 à 09:29

Le rapprochement entre le PDC et le PBD semble définitivement enterré

Gerhard Pfister, président du PDC.
Il n'y aura pas de nouvelle tentative de rapprochement entre le PDC et le PBD Le Journal du matin / 2 min. / le 12 juillet 2016
Le nouveau président du PDC Gerhard Pfister a une nouvelle fois marqué ses distances avec le PBD, lundi dans un entretien à la presse alémanique. Selon lui, un rapprochement entre les deux formations n'a plus de sens.

L'idée d'un centre fort réunissant le PDC et le PBD semble appartenir au passé. En 2014, la première tentative avait été refusée par le parti de l'ancienne conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf.

Depuis quelques semaines, le nouveau président du PDC Gerhard Pfister a plusieurs fois répété que le rapprochement entre les deux formations n'avait n'a plus vraiment de sens.

Un avis partagé par le vice-président du parti, le Valaisan Yannick Buttet: "Ce n'est clairement pas d'actualité (...) Le PBD a un avenir plus qu'incertain. Maintenant que le parti n'a plus de représentant au Conseil fédéral, on peut douter de sa durabilité", a-t-il dit à la RTS mardi.

"Positions souvent identiques"

De son côté, le démocrate-chrétien fribourgeois Dominique de Buman se veut moins sévère. Il rappelle qu'au Parlement, les votes de son parti et du PBD sont très similaires: "Les élus du PBD ont souvent des positions identiques à ceux du PDC (...) Même s'il n'y a pas, aujourd'hui, de discussions en vue de la formation d'un groupe commun, il y a encore et toujours ce centre au Parlement qui, lorsqu'il y a des solutions à trouver, forme la majorité", explique-t-il.

Une rencontre entre les dirigeants des deux partis est prévue à la fin de l'été. PDC et PBD diront alors s'ils souhaitent continuer à faire chambre à part dans le ménage fédéral.

Pietro Bugnon/hend

Publié le 12 juillet 2016 à 09:22 - Modifié le 12 juillet 2016 à 09:29