Banner 15 minutes

Quinze minutes

Publié le 11 juillet 2016 à 09:12 - Modifié le 26 septembre 2016 à 12:17

Intégrer les requérants d’asile par le travail, un modèle suisse

Faire travailler les requérants d’asile et réfugiés est devenu une priorité pour la Confédération. Les chiffres sont accablants. Dix ans après leur arrivée en Suisse, seuls 25% des personnes admises provisoirement travaillent.

Mais trouver un emploi et surtout des employeurs n’est pas une mince affaire. Du coup certains projets volontaristes ont émergé. Comme celui de l’Union suisse des paysans qui cherche par exemple à placer des requérants d'asile dans des exploitations agricoles.

Une quinzaine de personnes sont concernées alors qu’il y a près de 35'000 personnes au titre d’admission provisoire en Suisse. Qui sont-ils? Quel est leur quotidien? Quinze minutes s’est rendu en Valais dans deux exploitations viticoles qui emploient des requérants. L’intégration se fait peu à peu, même si elle n’est pas toujours évidente.

Suivez toute la semaine la déclinaison de cette thématique sur les réseaux sociaux, sur l'antenne radio et sur rtsinfo.ch.

  • Intégrer les requérants d'asile par le travail, un modèle suisse

    Le reportage

    Des demandeurs d'asile durant l'effeuillage dans les vignes au-dessus de Fully (VS).
    Francesca Argiroffo - RTS
    Quinze minutes - Publié le 16 juillet 2016

  • De quoi on parle?

    Le thème de la semaine en infographie

    Intégrer les requérants infographie
    Intégrer les requérants infographie [DR]

  • Requérants d'asile dans l'agriculture

    La présentation du 15 Minutes de cette semaine

    L'Union suisse des paysans a lancé l'an dernier un projet pilote pour intégrer des requérants d'asile dans le monde agricole. Pour l'heure, seule une quinzaine d'agriculteurs ont participé à ce projet.

    Le témoignage de Paulina, une Angolaise de 59 ans au bénéfice d'un permis provisoire F qui travaille actuellement chez un viticulteur valaisan.

    De nombreux projets proposent aux réfugiés de travailler dans le milieu agricole.
    Laurent Gilliéron - Keystone
    Le Journal du matin - Publié le 11 juillet 2016

  • Le fil Twitter

    Le suivi du hashtag #15RTS

  • La nouvelle formule de Quinze minutes

    Des thématiques à suivre toute la semaine

    Jusqu'à présent, Quinze minutes consistait principalement en une émission de reportage long-format, diffusée sur RTS La Première le samedi.

    Si l'émission du samedi reste, son format prend dorénavant un virage numérique, mobile et immersif avec un suivi tout au long de la semaine de la thématique - accompagnée de vidéos et de photos - sur les réseaux sociaux, l'antenne radio et rtsinfo.ch.

  • Les archives de Quinze minutes

    Les précédents reportages

    Elu communal, boulot ingrat?

    Les candidats à l'exécutif se font toujours plus rares dans les communes. Cette semaine, Quinze minutes s'intéresse à cette pénurie grandissante. Face à l'urgence, l’Association des communes suisses va lancer cet automne une campagne pour promouvoir le système de milice, cher à la tradition démocratique helvétique.

     

    Le Brexit réveillera-t-il les indépendantismes en Europe?

    Après le tremblement de terre consécutif au vote britannique sur le Brexit, Quinze minutes s'intéresse aux conséquences du scrutin dans d'autres pays, notamment des régions aux velléités indépendantistes, comme la Catalogne.

     

    Brexit: le Yorkshire se déchire sur l'Europe:

    Semaine cruciale pour l'avenir du projet européen cette semaine avec le tant attendu référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le Brexit.

    Ecole primaire cherche hommes désespérément:

    En Suisse, comme un peu partout, le métier d’instituteur se féminise depuis des décennies. A tel point que, aujourd'hui, moins de 20% des enseignants du primaire sont des hommes.

     

    Le permis de conduire en deux phases: arnaque ou solution adéquate?

    Avec une moyenne estimée entre 3200 et 3800 francs, la Suisse bat des records mondiaux en matière de prix du permis de conduire. Dans cette somme, il faut compter depuis 2005 avec le cours de conduite complémentaire en deux phases, dont le prix moyen s’élève à 700 francs.

    Le Gothard sauvera-t-il le Tessin?

    Le nouveau tunnel de base du Gothard est un concentré d’ingénierie et de technologie de pointe. Mais va-t-il sortir le Tessin de son isolement? Pour sentir le pouls des Tessinois, Quinze minutes a mis le cap sur Bellinzone, le chef-lieu du Tessin.

    Comment les aéroports suisses et européens assurent-ils la sécurité?

    Après l'attentat de Bruxelles, le crash dans le Sinaï et l’accident toujours inexpliqué d’Egyptair, la sûreté des plateformes aériennes est plus que jamais sous la loupe. Si les aéroports assurent faire tout leur possible, le système est-il pourtant sans faille?

    Le glyphosate, symbole de la lutte contre les pesticides:

    L'Union européenne débat du renouvellement ou non de l'autorisation du glyphosate. En Suisse, une pétition demande l'interdiction de cet herbicide, le plus utilisé au monde. La question de la dangerosité de ce produit commercialisé notamment par Monsanto divise les scientifiques.

    Restauration, pourquoi tant de gérants rendent leur tablier?

    Il y a pléthore de restaurants en Suisse. Trop selon Gastrosuisse qui évalue les établissements en surnuméraire à près de 10'000! Pourquoi le tournus est-il si rapide? Est-il trop facile d'ouvrir un restaurant?

    La "blockchain", une technologie numérique capable de changer le monde?

    Une nouvelle façon de mettre les ordinateurs en réseau et de sécuriser les données peut-elle révolutionner le monde? C’est en tout cas ce que croient les adeptes de la "blockchain", cette technologie née de la monnaie virtuelle bitcoin.

    Bugey, Fessenheim: ces centrales nucléaires françaises qui dérangent les Suisses:

    30 ans après la tragédie de Tchernobyl, plusieurs cantons exigent la fermeture de deux centrales nucléaires en France voisine, celle du Bugey dans l'Ain et celle de Fessenheim dans le Haut-Rhin. Pourquoi ces centrales dérangent-elles tant? Y-a-t-il réel danger?

    Nuit debout, quelle direction?

    Cela fait plus de deux semaines que Nuit debout a pris ses quartiers sur la place de la République, à Paris. Des centaines de personne s’y retrouvent tous les soirs. Et le mouvement a commencé à essaimer dans différentes villes de France, à Marseille, Toulouse, Strasbourg, Grenoble, Lyon...

    Vivre son islam à Bienne:

    La ville de Bienne est confrontée à une forte augmentation du nombre de ses mosquées. Selon un chiffre qui circule à Berne au sein des services fédéraux de sécurité, la ville de 55'000 habitants compterait au moins 15 lieux de prière musulmans.

    Explosion du nombre de réfugiés mineurs non accompagnés en Suisse:

    Des enfants qui ont pris le chemin de l'exil sans leur famille pour rejoindre notre pays et dont le nombre explose: ils sont aujourd'hui 2776, soit trois fois plus qu'il y a un an et huit fois plus qu'en 2013.