Publié le 23 juin 2016 à 11:48

Les Suisses ont consommé davantage d'énergie l'année dernière

Un enfant lit un livre sur une tablette en se réchauffant contre le radiateur.
Un enfant lit un livre sur une tablette en se réchauffant contre le radiateur. [Gaetan Bally - Keystone]
En 2015, la consommation d'énergie en Suisse a augmenté de 1,5% par rapport à l'année précédente. Il s'agit de la 2e valeur la plus basse enregistrée au cours des 18 dernières années, derrière 2014.

Des conditions météorologiques plus fraîches sont notamment à l'origine de cette hausse, explique jeudi l'Office fédéral de l'énergie. Selon MétéoSuisse, 2014 et 2011 ont été les années les plus chaudes depuis le début des relevés en 1864.

L'augmentation de la consommation d'énergie est aussi liée à des facteurs déterminants à long terme, qui sont tous en progression, comme l'augmentation de la population résidante (+1,1%), du produit intérieur brut (+0,9%) ou des véhicules à moteur (+1,8%).

La consommation annuelle s'est ainsi établie à 838'360 térajoules.

Baisse de la consommation de carburant

De manière générale, la consommation de carburant a diminué (-2,6%) par rapport à 2014. La tendance à remplacer l'essence par le diesel continue de se confirmer.

Les ventes de diesel ont légèrement reculé (-1,4%), alors que la consommation d'essence était clairement en baisse (-7,3%). Des chiffres qui s'expliquent notamment par le recul du tourisme à la pompe suite à la chute de l'euro.

ats/tmun

Publié le 23 juin 2016 à 11:48

Consommation en hausse des énergies renouvelables et de biocarburants

La météo plus fraîche a aussi eu des répercussions sur la dépense des énergies renouvelables utilisées pour le chauffage en 2015. La consommation de bois-énergie a augmenté de 6,8%. L'utilisation de la chaleur ambiante au moyen de pompes à chaleur est en forte hausse (+14,1%), tout comme le chauffage à distance (+12,3%) et la chaleur solaire (+6,8%).

Exonérée de l'impôt sur les huiles minérales, la consommation de biocarburants a quant à elle sensiblement augmenté (+137,9%). En revanche, la valorisation énergétique des déchets industriels (-13,9%) et la consommation de charbon (-8,3%) ont baissé.